A Quoi Sert la Peur ?


En voilà une bonne question ! A quoi peut bien nous servir la peur ? ha ha ha ha, la première chose qui me vient à l’esprit est :

La peur ? Mais… elle nous sert à avoir peur !

Bon d’accord, lorsqu’elle nous avertit d’un danger imminent, elle est très utile. Elle nous met en état d’alerte et nous permet d’éviter ce qui pourrait bien nuire à notre santé ou attenter à notre vie. Tous nos sens sont mis en alerte maximale. Nous pouvons ainsi réagir pour fuir le danger, l’affronter ou l’éviter. C’est une réaction de quelques secondes qui paraissent interminables et se produisent à l’instant T. Souvent, lorsque le danger est passé, tout notre corps se relâche et peut se mettre à trembler. Nous pouvons aussi pleurer, crier pour nous libérer de ce que nous aurions pu subir si nous n’avions pas réagi. C’est souvent rétrospectivement que le danger « possible mais heureusement écarté » prend toute son ampleur.

Je viens de revoir « Astérix et les Vikings » où Astérix demande justement à quoi nous sert la peur… J’aime bien la réponse du druide qui  dit à peu près ceci : – la peur sert à éprouver notre bravoure, notre courage à la dépasser…


Mais il y a toutes ces peurs « d’anticipation » que Monsieur Mental prend un malin plaisir à multiplier à l’infini dès lors qu’on ne lui dit pas de « nous foutre la paix ! » et de « fermer sa gu… » Pas très polie la dame (c’est moi ) mais il est tellement fort ce mental qu’il faut bien un ordre percutant pour le faire taire.

Voyons ensemble le processus de ces peurs qui nous font si peur…

Quelques exemples :

Cette femme a peur de la maladie et de la mort. Chaque petit bobo, chaque perception d’un point douloureux de son corps est analysé en détail. C’est « forcément » plus grave que ce qu’on veut bien lui dire. C’est peut être même cancéreux. Elle se rend effectivement malade et psychologiquement très perturbée pour elle et son entourage. Sa peur grandissante la rend irascible, instable et pourtant il faut la pousser à consulter pour qu’enfin elle est une preuve qu’il n’y a là rien de grave. Seulement, le processus est devenu tellement obsessionnel qu’elle finit par réellement se provoquer des états de mauvaise santé qui ne guérissent pas aussi vite qu’ils le devraient… Lorsqu’elle doit prendre un médicament, elle commence « forcément » par regarder en premier la notice où tous les effets secondaires sont bien expliqués : la suggestion de Monsieur Mental entre en puissance et fait le reste du chemin.

Cet homme a une forte tendance à se comparer aux autres et manque cruellement de confiance en lui. Son directeur lui confie une nouvelle tâche pour la rentrée de septembre à son travail. Cela fait plusieurs années qu’il envie ses collègues d’avoir cette responsabilité jusqu’à se sentir mal considéré puisqu’il n’était pas sollicité. Au lieu d’être ravi qu’on lui confie enfin cette tâche pour laquelle il se sentait exclu, Monsieur Mental fait son travail de sabotage et lui souffle de mauvaises pensées remettant en doute sa capacité « d’être à la hauteur ». Nous ne sommes qu’en mai et pourtant, les pensées ne cessent de s’amonceler et de tourner dans sa tête tels de gros nuages noirs annonçant la plus grosse tempête de tous les temps ! Et voilà que son manque de confiance grandit… grandit… la peur s’installe et il n’est plus en capacité de vivre sereinement sa vie au quotidien : cinq mois où il ne sera plus disponible pour lui et son entourage ! Son mental vient de le propulser dans un futur chaotique.

Cette personne a peur de vieillir. Elle veut rester performante en tous points. Au travail, l’heure de la retraite a sonné depuis quelques années et elle pourrait vivre le plaisir du farniente et des voyages. D’ailleurs, elle en rêve de sa retraite « bien méritée » et en parle à qui veut l’entendre mais curieusement, elle multiplie les « fausses bonnes raisons » pour repousser cette échéance et continuer une vie « reconnue socialement active ». Une peur qui la tenaille depuis très très longtemps l’amène à multiplier les rencontres amoureuses. Bien qu’étant mariée, elle continue à « performer » sexuellement parlant. Peu importe si elle provoque des déceptions sur son passage. Sa peur est plus forte que ça. Monsieur Mental sait y faire pour légitimer son attitude ! Son besoin d’être aimée, d’être reconnue, d’avoir une belle image sociale justifie de taire son cœur.

Et puis il y a tous ces gens qui ont peur du manque d’argent ! Ils semblent de plus en plus nombreux. Nous en avons parlé, mes amis blogueurs et moi-même, dans le carnaval d’articles fait sur ce sujet. Vous ne l’avez pas lu ? Allez-y, c’est très intéressant de voir toutes les conséquences de cette peur-là. Le jeu de Monsieur Mental sur ce sujet précis est d’une intensité rare qui nous précipite dans de grandes souffrances. Le résultat est édifiant : nous créons le manque par peur du manque...

A quoi se réfère Monsieur Mental ?

Monsieur Mental a stocké (et continue allègrement…) dans sa mémoire tout ce que nous avons entendu et perçu des peurs de ceux de notre entourage : famille, amis, connaissances, conversations « anodines d’une soirée », papotages que notre oreille saisie au passage alors même que nous ne sommes pas dans la conversation, films qui nous impressionnent et ne parlons pas des médias qui savent très bien que vendre du sensationnel teinté de désespoir, de drames et de catastrophes augmentent le taux d’audience +++

A cela il additionne les peurs vécues réelles ou imaginaires. J’aurai presque envie de dire que les peurs imaginaires, celles que j’appelle « d’anticipation »,  sont beaucoup plus importantes car elles sont illimitées ! Illimitées en nombre et illimitées en puissance puisque c’est notre imagination qui « galope » à tous vents aussi longtemps qu’on ne fera pas taire son transmetteur : Monsieur Mental. Les peurs réelles, une fois l’émotion passée, restent basées sur des faits et rien que des faits SAUF si vous laissez votre mental galoper (une fois de plus) vers « ce qui aurait pu arriver » et là, nous repartons dans les peurs imaginaires…

Oui, je suis d’accord avec vous, c’est un cercle infernal !

La bonne nouvelle ? On peut en sortir !

Bien sûr, travailler sur son histoire pour mieux la comprendre. Décider de quel(s) évènement(s) vous tirez telle ou telle croyance. Qui vous a mis dans la tête que vous étiez dans telle ou telle limitation ? Et surtout… apprivoiser votre mental. Faites-lui fermer son clapet ! Bâillonnez-le !

Le processus est toujours le même : un évènement, petit ou grand, enclenche la mécanique mémorielle et Monsieur Mental prend le relais, rameutant à votre conscience tous les scénarios possibles : plus catastrophiques les uns que les autres ! Ben oui, votre imaginaire est illimité, pourquoi se priver ?

Seulement, vous n’êtes pas en train d’écrire un bon polar, vous êtes en train de CRÉER VOTRE VIE !! Alors, dès que vous vous sentez mal, que vous devenez irascible et que vous prenez (enfin !) conscience de votre mental qui galope…STOP ! STOPPEZ TOUT !

Débrouillez-vous comme vous voulez mais déviez vos pensées vers un autre sujet !

Mon truc à moi qui marche fort bien : me remettre dans ma créativité.

Ma créativité, le plaisir que j’ai à chanter, à créer un mandala, respirer en conscience, méditer, jardiner, aller marcher dans la nature, vous écrire (tenir mon blog), etc. sont autant d’ »outils » à ma disposition pour dompter mon mental. Au début, cela me demande la volonté de lâcher ce que je suis en train de faire et il me faut quelques minutes pour me concentrer sur ma nouvelle tâche. Et, comme il s’agit de quelque chose qui me plait, qui fait du bien à mon âme, le temps tout à coup n’existe plus. Je plonge dans l’extase de l’instant présent, de ma créativité et mes pensées négatives s’envolent pour laisser la place au plaisir et la sérénité.

C’est beaucoup plus facile que vous ne pourriez le croire et pour vous aider : dites-vous que ce n’est qu’une mécanique à huiler aussi parfaitement qu’elle l’est dans le sens contraire. Si elle fonctionne à merveille dans un sens, elle ne peut que fonctionner à merveille dans le sens inverse. Il suffit de poser l’acte en conscience. Le simple fait de dire à Monsieur Mental : Ferme-la et laisse-moi faire à ma façon… c’est la porte ouverte pour aller vers un mieux-être.

Expérimentez-le encore et encore puis observez les résultats.

Ne vous découragez pas parce que les premières fois ne semblent pas être convaincantes. Rappelez-vous qu’un processus de changement demande de la persévérance. Votre but à ne jamais perdre de vue : sortir de votre mal être, de vos peurs pour vivre mieux !

La peur n’est, pour la plupart du temps, qu’une illusion.

Si je reprends mes exemples :

Dans le premier cas, cette femme a vécu la mort d’un être cher.

Dans le processus de la mort, il y a le sentiment d’être abandonné, d’être trahi par celui qui « nous lâche » et nous laisse orphelin.

Elle a vu une mère, une tante se battre contre la maladie. Des maladies graves où l’ombre de la mort est toujours présente.

Et la peur est née. La peur de perdre l’autre. Alors tout devient dramatique dès lors qu’elle se sent à son tour atteinte… mais ce n’est qu’une illusion. Une projection qu’elle pourrait aussi avoir quelque chose de grave et mourir. Ce n’est pas sa réalité. Sa réalité est qu’elle a vécu ces drames.

La réalité est qu’elle crée par son obsession (son anxiété) un état de mauvaise santé chaque fois qu’elle ne sait plus comment gérer une situation. C’est sa façon d’appeler à l’aide. C’est « au secours », aidez-moi, prouvez-moi que vous êtes là.

La peur-illusion est tellement puissante qu’elle en devient pernicieuse : lorsque cette femme est heureuse et que tout lui sourit… elle entre dans un processus d’auto-destruction et appelle à nouveau « au secours ».

Dans le deuxième cas, cet homme nie ses belles qualités. Il ne voit que le verre à moitié vide, c’est son premier réflexe. Alors il analyse, il re-analyse, il dissèque, il veut être « certain de prendre la bonne décision », alors il cogite encore et encore. Puis il cherche des réponses au travers des cartes, des signes qu’il interprète mais comment voulez-vous bien interpréter lorsque l’anxiété multiplie les peurs et que votre mental n’a plus aucune bride ?? Il y perd non seulement du temps mais son énergie et sa santé…

Nos interprétations se font au niveau de l’énergie dans laquelle nous baignons : si nous avons une énergie basse, négative… nous voyons dans notre interprétation des signes… très alarmants qui nous ferons faire trois bonds en arrière ou avancer n’importe comment.

Cet homme devient suspicieux de tout et de tous. Il se compare à ses collègues, ses amis et forcément, sa peur de mal faire ou d’échouer, renforce son manque de confiance et ses relations deviennent conflictuelles. Si un nouveau poste lui est confié, ce n’est pas parce qu’il le mérite, non ! C’est parce que « les autres n’en veulent pas »… S’il s’engage, après des mois et des mois de cogitation, dans un acte important pour sa vie, il le regrette aussitôt (oubliant ainsi le bonheur qu’il a eu au moment de la décision) et en veut à tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à sa prise de décision.

Lorsque nous arrivons à ce stade, nous sommes dans un processus de destruction. Tout ce qui devrait être harmonieux se transforme en chaos. Les peurs ne sont pourtant qu’illusoires puisqu’elles spéculent sur un devenir, sur un temps qui n’existe pas encore. Je l’ai souvent dit au cours de différents articles : de notre attitude du moment dépend notre avenir.

Dans le troisième cas, la peur de vieillir et l’envie d’être performant en toutes choses. Toujours les peurs illusoires qui empêche cet homme de vivre vraiment ce qu’il a envie. Il sait ce qu’il veut : vendre ce qu’il a construit seulement, c’est comme laisser partir son enfant vivre sa vie. C’est un désir et « la raison » qui dit que c’est normal. Mais après ? C’est l’inconnu, c’est le vide. Alors il se passe plein de choses qui viennent contrarier son projet de vendre. Il se bat, il multiplie les heures, il s’étourdit… il entretient, probablement inconsciemment, l’illusion d’être jeune et vivant tant qu’il est dans ce tourbillon social.

C’est toujours un deuil à faire que de changer d’étape de vie. Que ce soit la retraite ou n’importe quelle autre étape… il y a perte de ses repères et là aussi, un passage à vide qui fait peur. L’Être Humain a besoin de remplir son temps pour se donner l’illusion d’être en vie. Il réclame d’être moins stressé mais s’il ralentit le rythme, il se dit malade ou déprimé. Il n’aime pas l’illusion du vide.

Il multiplie les conquêtes féminines pour se prouver là aussi qu’il reste performant. Il les aime toutes ! Mal… mais toutes… Il n’a pas envie de quitter ce qu’il a : comme beaucoup de personnes, il ne se sent pas vraiment heureux mais pas malheureux non plus. La peur de perdre ce qu’il a l’empêche de vivre ce qu’il porte au fond de lui ou plus simplement, de dire avec franchise qu’il veut continuer sa vie de famille tout en menant une vie sexuelle en parallèle.Tout est « suggéré », laissant croire aux unes qu’elles sont « l’élue de son cœur » et à l’autre « qu’il n’aime qu’elle »…

Ces situations engendrent forcément des non-dits, des malaises. Personne n’est vraiment respecté : ni lui, ni sa compagne, ni ses partenaires… C’est une vie d’illusion mi-figue, mi-raisin. Ses peurs l’empêchent d’être courageux et honnête.

Enfin, pour le dernier exemple, le plus flagrant est que la peur de manquer engendre le manque.

Plus les personnes restent dans la peur de manquer d’argent, plus il se passe des évènements qui viennent « confirmer » cette croyance. Plus elles veulent attirer l’argent à n’importe quel prix, plus elles obtiennent l’inverse. Les peurs, dans ce cas, créent l’illusion : ces personnes vont croire tous les charlatans de la terre qui promettent monts et merveilles d’un simple claquement de doigt. Revoir mon article sur « Je veux être riche, aidez-moi »

En fait, que faut-il retenir des peurs ?

Nous l’avons vu, en cas de danger réel, elles nous permettent de réagir.

Les peurs « d’anticipation » ou illusoires, nées d’un mental devenu surpuissant qu’il faut bâillonner ne servent… qu’à nous faire peur !

Si vous n’avez pas déjà téléchargé mon cadeau de bienvenue (par la pop up ou la barre latérale), je ne peux que vous le conseiller : d’une part, parce qu’il est gratuit et d’autre part, parce que je vous indique comment travailler sur vos peurs… avec un magnifique texte de Jacques Salomé.

Elles doivent AUSSI vous permettre de réagir !

  • Prenez-les « sous le bras » et avancez.
  • Osez sortir de vos repères pour expérimenter l’inconnu et faites confiance !
  • Dites-vous : – oui j’ai peur mais j’y vais et je fais confiance.

Mais à qui faire confiance ?

A vous ! A ce que vous avez de plus précieux au fond de vous : votre âme.

Lorsque nous nous laissons envahir par nos peurs, que nous laissons notre mental galoper, nous nous éloignons de nous. Nous quittons notre verticalité entre ciel et terre et faisons le jeu de notre Ego.

C’est évident, tout au long de notre vie, nous sommes testés sur notre FOI et notre confiance à inverser un processus négatif.

Prenons la vie comme un jeu !

Lorsque vous jouez à un jeu qui vous passionne, vous avez à cœur de gagner. Vous déployez toutes vos capacités à gagner ce jeu. Vous défiez l’autre avec l’envie très forte de lui « mettre la pâtée » ! Et pourquoi ne le faites-vous pas avec les évènements de votre vie ? « Mettez la pâtée » à votre mental, à vos peurs et jouer à gagner !

Essayez, voyez comment l’énergie s’anime et devient plus forte, plus lumineuse…

Nous ramener dans le calme et la créativité nous remet bien droits, les pieds ancrés dans le sol et la tête en réceptivité du monde subtil.

Nous ne sommes plus à l’heure où il faut analyser, comprendre le pourquoi du comment… ce qui nous est demandé aujourd’hui, c’est d’Ê-T-R-E tout simplement. C’est de parler avec notre cœur et non plus avec notre mental. Le vrai guide est notre cœur.

Nous sommes trop souvent en manque d’amour et pas avec les autres. Non. Avec nous ! Nous avons perdu de vue cette flamme intense qui brûle au fond de notre Être, celle qui nous relie à Dieu, à la force de vie ou en qui vous croyez.

Alors, allez-y ! Foncez avec vos peurs, faites taire votre mental, posez les actes et faites confiance avec amour et gratitude !

Jouez avec la vie et gagnez.

Merci de vos commentaires ci-dessous que ce soit pour poser des questions ou donner vos « recettes à vivre » sans peur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *