Amour cadenassé et Femme de l’Ombre


Ce week-end, j’avais une rencontre avec des amis blogueurs sur Paris et j’en ai profité pour me garder une journée de visite au quartier Latin, à Notre Dame de Paris et sur un bateau-mouche… En passant sur les ponts des Arts et Pont Neuf, je me suis attardée devant ces milliers de cadenas où les amoureux sont venus, un jour, symboliser leur amour en jetant la clé du cadenas dans la Seine.

Et j’ai eu cette pensée : combien de ces couples si amoureux au moment de ce rituel sont encore aujourd’hui ensemble ?

Combien sont-ils à se vouer le même amour ?

Et je vous avoue que j’ai trouvé ridicule tous ces graffitis faits sur les arbres ou ailleurs pour se jurer un amour éternel.

Mais comment peut-on croire qu’un amour va durer toujours ? Avec l’expérience je trouve cela complètement « hors temps ». D’ailleurs, il suffit de regarder autour de nous et dans nos histoires pour se rendre vite compte à quel point l’amour peut tout donner et tout reprendre aussi vite qu’il nous surprend !

Mais en plus, comme symbole un cadenas !

A quoi sert un cadenas, à « garder un secret », à enfermer quelque chose… ainsi, l’amour serait à enfermer ? Mais l’amour n’est-il pas synonyme de liberté ? Liberté d’accompagner l’autre, d’affronter les épreuves de la vie main dans la main, de se faire grandir ensemble dans ce que nous avons de plus beau à exprimer ?

Et d’ailleurs, j’ai appris que tous ces cadenas allaient disparaître, trop polluants déclare la mairie de Paris et trop lourds pour les barrières. Dans la symbolique, je trouve assez marrant cette image que l’amour cadenassé est polluant et lourd… A chacun d’en faire sa conclusion (rire)

  Ce que je trouve curieux, c’est que les bouquinistes des bords de Seine continuent de vendre des cadenas de 3 à 15 euros (voir plus). Polluant, lourd mais vaut pas cher l’amour cadenassé ! Encore plus curieux, il faut bien faire marcher le commerce, c’est l’idée d’un restaurateur d’art du quartier de transformer ces tonnes de métal récupéré en un autre symbole d’amour sous la forme d’une bague ! Et sur leur site Lock Me Tender, il titre « 100% amour recyclé »

Tiens, je ne savais pas que l’amour se recyclait ! Je ne suis pas sûre d’avoir envie de porter une telle bague. Sur le plan symbolique et énergétique, ce n’est pas un bijou que j’aimerai à mon doigt.

Amour-cadenas, amour recyclé… j’ai certainement loupé quelque chose en route car je suis loin de cette image de l’amour… mais je ne suis peut être pas mieux que tous ces amoureux qui ont cadenassé leurs amours… le mien, je l’ai mis à l’ombre !

Je suis la « femme de l’ombre » ou si vous préférez, la maîtresse du triangle « mari, femme, maîtresse » – un triangle qui ne gênait pas les rois puisqu’ils amenaient leurs favorites en pleine lumière !

Mais aujourd’hui, celui qui a le rôle de l’amant ou celle qui a le rôle de maîtresse doivent composer avec « le couple légalisé » même si celui-ci bat de l’aile et n’aurait plus lieu d’exister hormis les intérêts financiers, de patrimoine ou les années passées à « routiner » le quotidien.

Vous savez ces couples qui continuent de vivre ensemble. Ils ne sont pas malheureux mais ne sont pas non plus heureux. Ils ne font plus l’amour depuis plusieurs années, font même chambre à part mais par habitude, par tendresse (quand même, c’est un minimum !), parce que l’un est malade, parce qu’on ne veut pas faire de peine (la belle excuse !), parce qu’on est lâche, parce qu’on veut tout sans rien perdre… on reste ensemble.

Mais vivre à moitié, ce n’est pas vivre !

Alors un jour, l’AMOUR s’en mêle et vient à passer l’AUTRE qui réveille nos sentiments plus forts que d’ordinaire. Vient l’autre qui accélère nos battements de cœur et nous met en émoi. Vient cet autre avec qui l’envie de faire l’amour fait trembler tous nos sens. Cet autre que nous n’attendions plus surtout lorsque des années de solitude sont installées. Cet autre qui vient tout bouleverser et que c’est si bon à vivre !

Forcément, ce n’est pas un amour « simple » mais existe-t-il vraiment un amour simple ? Celui dont nous rêvons ? Empreints malgré tout de nos histoires d’enfance de prince charmant et de belle au bois dormant…

La réalité est quand même bien différente ! Entre ceux qui cohabitent en bons amis mais plus en bons amants… Et ceux qui osent tout défaire pour tout reconstruire tellement qu’on a du mal à s’y retrouver dans « toutes ces familles recomposées »…

Comment se fait-il qu’à chaque rencontre amoureuse, nous espérons que tout continue « comme sur des roulettes » alors même que nos quotidiens reflètent le cahot qui existe sur notre planète ?

J’ai rencontré des couples qui disaient ne jamais élever le ton mais en y regardant de plus près, cela ne voulait pas dire que tout allait bien. Non. C’était plutôt le reflet que l’un des deux avait décidé, consciemment ou pas, de taire ses envies, ses émotions et du coup, cette personne se mettait en soumission de l’autre. Mais l’amour, ce n’est pas cela !

L’amour c’est VIVANT ! Il faut l’entretenir contre vents et marées, il demande à rugir pour mieux s’apaiser, il est actif certainement pas linéaire…, il demande de prendre des risques : le risque de blesser, le risque de SE blesser, le risque de le perdre mais si nous ne prenons pas ce risque de le perdre, alors on se recroqueville sur nous-mêmes, on se dessèche ! On devient aigri, asocial et on meurt émotionnellement et parfois physiquement.

Mais attention ! L’amour n’est pas fait non plus pour étouffer l’autre !

A l’inverse d’un manque d’échanges, le trop va étouffer l’autre très rapidement. Trop d’attentions tue le plaisir de la surprise, enlève le piquant de se raconter, de se retrouver, et peut même engendrer la sensation à l’autre d’être plus un « objet » qu’on possède plutôt qu’un être à aimer.

Etre sans arrêt à demander à l’autre où il est, ce qu’il fait jusqu’à la limite de savoir à quelle heure il va aller aux toilettes… étouffe littéralement l’autre. Celui-ci (ou celle-ci) va se sentir traqué(e), épié(e)…

Cet amour-là, trop possessif, pouvant aller jusqu’à une jalousie maladive, ne va donner à l’autre que l’envie de « se barrer » vite fait !

Personne ne veut perdre sa liberté. Chacun sait qu’il aura à faire des concessions dans une relation mais pas au point de perdre son identité, sa liberté de penser et d’agir.

Oui, l’amour n’est pas si simple que cela.

Il faut que chaque partenaire sache trouver l’équilibre pour que chacun se sente respecté, entendu et satisfait dans la relation, avec un accord mutuel sur les concessions que chaque situation demandera de faire. Peu importe la situation dans lequel l’amour s’installe car c’est bien connu :

LE COEUR A SES RAISONS QUE LA RAISON IGNORE

Cette citation de Blaise Pascal traite à l’origine des croyances religieuses selon laquelle « le cœur est une meilleure voie d’accès à Dieu que la raison »

Le cœur permettant de connaître les choses de façon immédiate par notre sensibilité, notre instinct, notre intuition, notre sentiment alors que la raison ne va exprimer une déduction et une conclusion qu’à partir de ce que notre cœur lui aura transmis. On peut donc dire que le cœur est lié à une expression de Dieu (après je laisse à chacun sa définition du mot Dieu) et on peut alors parler d’AMOUR INCONDITIONNEL qui est, je pense, le chemin que nous avons tous envie d’explorer et de vivre.

Vous rendez-vous compte les amis ? L’amour sans conditions ! La liberté d’exprimer son amour dans le respect total de ce qu’est l’autre. Je crois que c’est possible mais il y a encore beaucoup à parcourir. En effet, cela implique que « je t’aime pour qui tu es avec tes qualités et tes défauts », je t’accompagne dans tes envies et suis capable d’entendre tes besoins. Beaucoup vivent encore le fait de vouloir changer l’autre avec ce « déraisonnement » incroyable mais bien réel de « tu m’appartiens »… je frémis lorsque j’entends certaines personnes parler de leurs conjoints comme étant « ma moitié » !

Si j’en reviens à moi, la femme de l’ombre, cela veut dire que mon amour pourrait dire sans aucune appréhension à sa femme qu’il a besoin d’espaces de liberté pour vivre ce qu’elle ne lui accorde plus et ce qu’ils ne sont plus capables de réanimer. Elle serait alors capable d’entendre la tendresse qui existe encore entre eux et serait dans la compréhension que son mari, après des années de cohabitation passive et d’aventures sexuelles, a pu retrouver l’amour « vivant ».

Cet homme que j’ai aimé il y a  presque trente ans et qui m’a recherchée puis retrouvée a su réactiver sans aucune peine la flamme entre nous, toujours aussi puissante, avec la même complicité, comme si ces années n’avaient pas existées. J’accepte la situation telle qu’elle est. C’est mon choix. Ce choix m’appartient mais avec les années, le regard n’est plus le même. Je veux vivre. Je n’ai plus vingt ans… Je veux bien être la maîtresse mais pas la femme de l’ombre. Je veux sentir que j’existe dans sa vie… Pas après l’usine, l’ex-femme, les enfants, la femme, la belle-fille, la petite dernière etc.

Je veux que quelqu’un soit dans la confidence ne serait-ce que pour être avertie si quelque chose lui arrive. J’aime les fleurs et les cadeaux que je reçois à la St Valentin ou à Noël mais j’en veux d’autres qui me surprennent, sans motif particulier si ce n’est celui de me montrer son amour. J’adore les textos que nous échangeons (et oui, même l’amour se met à l’heure de la technologie moderne) mais j’aime encore plus les appels téléphoniques ! Les mots c’est très important et nous communiquons aussi bien dans les bonnes choses que dans les moins agréables à entendre mais les mots mis en actions c’est tellement, tellement mieux !

J’ai passé l’âge d’être la femme du « cinq à sept », je vaux mieux que çà, je suis plus que cela ! Je suis « l’amour de sa vie », c’est ce qu’il me dit alors je veux des journées à vivre ensemble, ponctuellement, pas toutes les semaines mais pas tous les six mois non plus, comme cette merveilleuse surprise d’une semaine passée ensemble. Je veux voyager avec lui. Oui, je veux qu’il me surprenne et c’est lui qui a ce pouvoir.

Je veux être dans la LUMIERE ! Je veux sentir que j’existe dans sa vie, que j’y ai ma place.

Et c’est possible, je connais des couples qui, pour les raisons qui leur appartiennent, restent ensemble mais vivent une vie en parallèle parce que, au final, chacun y trouve son compte et se respecte dans leurs besoins réciproques. Il ne faut quand même pas oublier que si il y a des maîtresses et des amants, c’est qu’il y a des maris et des femmes insatisfaits… alors que personne ne vienne jeter la pierre à l’autre ! L’amour a ses raisons que la raison ignore…

Certains d’entre vous se demandent peut être comment je peux vivre cette situation ?

              

Pas toujours bien mais la balance des « moins » et des « plus » penche sérieusement du côté des plus. En fait, je remarque que c’est lorsque je me mets en attente de sa venue, de son appel ou de sa capacité à me surprendre que mon humeur change parce que, en général, je suis déçue.

Je le sais pourtant ! Dès qu’on se met en attente de… c’est le plus sûr moyen d’être déçu(e) mais soyons honnêtes, c’est difficile de maintenir le cap de « non-attente » en permanence. Nous ne sommes que des êtres humains. Il suffit que je sois fatiguée avec le besoin d’être réconfortée et hop, le manque de mon amour devient plus fort.

Et puis, que voulez-vous, je l’aime ! Cela ne s’explique pas. Je le vis, c’est tout.

Je n’aspire même pas à être la femme du quotidien. D’abord, parce que j’ai vécu longtemps seule et que je ne suis pas sure qu’à mon âge, même s’il n’est pas canonique (rire), je sois capable de le faire. J’ai toujours dit que si je rencontrai quelqu’un (libre ou pas… au sens où la soi-disante « bonne société » l’entend), chacun resterait habiter chez soi. Après, on ne peut jurer de rien car l’AMOUR a ses raisons que la raison ignore…

Mais mon amour a ressuscité mes sens, ma soif de donner et de recevoir alors j’ai plus d’exigence qu’à vingt ans, c’est sûr ! Les années sont plus précieuses à partir de la cinquantaine et plus et aujourd’hui, je me suis mise à nue. 

   Mes amis, que c’est BON D’AIMER entièrement avec des moments idylliques et des sales quarts d’heure, mais n’est-ce pas cela VIVRE ?

Dites-moi ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous, quelle vie amoureuse avez-vous ? Quelles sont vos interrogations, vos interdits, vos libertés ?

en dehors des photos personnelles sur les cadenas de Paris, les autres viennent de 123RF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *