Arrêtes de te prendre la tête !


 Un nouveau rendez-vous grâce à Christopher du blog SpeedDévelopment sur un sujet qui va en interpeler plus d’un :

Le Lâcher Prise !

D’ailleurs, c’est en faisant mon commentaire sur son article que j’ai décidé d’y apporter ma contribution.

 

Une fois n’est pas coutume, je me permets un aparté avant de rentrer dans le vif du sujet :

 

Ce “Festival” est organisé par Développement Personnel.org dont le magazine “A la Croisée des Blogs” vient de sélectionner l’un de mes articles pour sa deuxième édition, ce dont je suis, il faut bien le dire, un petit peu fière !

vous pouvez aussi cliquer sur l’image pour en savoir plus

 

Et maintenant, voyons un peu ce qui se cache derrière cette injonction :

Lâches prise !

As-tu déjà vécu le fait de vouloir te rappeler absolument le nom d’une personne, d’un artiste, le titre d’un film, la date d’un évènement ou un lieu etc. ?

Si tu étais en conversation avec quelqu’un, tu avais la réponse sur le “bout de la langue”, du moins, c’est ce que tu disais mais impossible de le sortir !

Et puis, tu arrêtes d’y penser et voilà “la petite lumière” qui jaillit et tu te rappelles !

Mais que s’est-il donc passé ?

Tu as… lâché prise tout simplement ! Au lieu de rester dans la volonté de… et de continuer à forcer ta mémoire…

 

T’est-il déjà arrivé de vouloir absolument terminer un travail commencé malgré ta fatigue, les heures accumulées à travailler et tu n’en peux plus. Tu as l’impression de ramer. Tu n’avances plus. Tes idées ne sont plus claires. Tu t’énerves. Et plus tu t’entêtes, pire c’est.

Mais si tu as su t’arrêter au lieu de continuer à ramer parce que tu t’es rendu compte que tu n’étais plus productif ou performant… que tu as fait un break, que tu t’es changé les idées…

As-tu remarqué, lorsque tu y reviens, combien ton travail se termine de façon plus aisée parce que tout à coup… tu as lâché prise !

 

Et si tu observes certains évènements de ta vie que tu as voulu contrôler soit en étant dans l’impatience, soit en contredisant tout et tout le monde, soit en critiquant Jacques, Pierre et Paul… d’incapables parce que les choses n’allaient pas dans ton sens etc… tu as peut être vécu qu’au lieu de s’arranger, ces situations empiraient jusqu’à ce que… consciemment ou inconsciemment, tu changes ton attitude, ton regard… lâches prise et alors, les évènements semblent se dénouer d’eux-mêmes.

 

Alors, ça veut dire quoi ?

– Qu’il faut ne plus avoir de volonté ? Non

– Qu’il faut accepter des choses inachevées ? Non plus

– Qu’il faut laisser faire ? Surtout pas !

 

Car ta volonté te sert à te dépasser, à relever tes défis mais il y a une “marche” qu’il faut éviter de franchir, c’est celle de l’entêtement !

Ta volonté te sert à poser tes actes, l’entêtement te rend sourd à ce qui serait profitable pour ta réalisation car tu as dépassé le seuil de ta capacité à faire dans un instant T (trop fatigué par exemple)

 

Pour “gagner” du temps, il est important de savoir se consacrer à une seule chose à la fois car se remettre à une tâche demande quelques minutes (voir plus) pour être à nouveau bien dedans et concentré SAUF lorsque tu dépasses allègrement ton seuil de tolérance au niveau de ta concentration ! Et ce seuil varie non seulement d’un individu à l’autre mais d’un jour à l’autre selon ce que tu vis…

Il est anormal de te demander d’être aussi performant un jour où tout roule pour toi par rapport à celui où tu apprends une très mauvaise nouvelle !

Au fait, si cela peut te servir pour savoir comment t’organiser et te donner des plages de “lâcher-prise” par rapport à la notion du temps,

refais donc un tour sur cet article

Mais effectivement, ne confonds pas “lâcher prise” et “attendre que çà se passe”… Laisser faire n’est vraiment pas la bonne solution si tu veux rester maitre de ta vie.

Par contre, accepter les évènements qui te contrarient pour mieux les appréhender, ça oui, c’est une excellente solution !!

 

Si tu n’as pas encore télécharger mon podcast que je propose en fin d’articles sur “Les Trois Mots Essentiels” indispensables pour bien poser les actes de notre vie, fais-le car j’y parle justement de l’acceptation.

 

Tant que tu as une attitude de “contre”, tu ne peux que durcir les faits et même si tu ne crois pas à la loi de cause à effet…, tu ne pourras que constater que tu n’obtiens rien en étant cela. Tu pourras même constater que les gens s’éloignent de toi ou ne prêtent plus attention à ce que tu fais ou dis car ils savent très bien que cela n’ira que dans une seule direction : la tienne [sans contestation possible]. Ceci dit, si tu te destines à être contestataire, là, c’est autre chose, tu es bien parti ! Mais en es-tu plus heureux (heureuse) ?

 

A l’inverse, si tu as une attitude de “avec”, tu te donnes toutes les possibilités de changer la situation !

Bien souvent, ce qui te fais peur, c’est que tu crois que “avec” signifie d’être comme un mouton et que tu suis les autres.

C’est une erreur !

Personnellement, je ne me suis jamais sentie aussi libre de maitriser le cours de ma vie que depuis que je pratique “avec”.

En acceptant ce qui se passe et surtout si ça t’incommode, tu peux poser un acte pour modifier le cours des choses.

En acceptant d’écouter le point de vue de l’autre ou “ses conseils”, tu peux en disposer comme tu veux, reconnaitre ce qui te parait juste ou dire non et rester sur ta position tout en acceptant votre différence d’opinion. Contrairement à ce que tu pourrais croire, tu ne renies pas ta personnalité en faisant cela. Bien au contraire, tu l’affermis.

 

En étant contre, tu es dans une attitude de fermeture, verrouillé et tu n’as plus une vision correcte de la situation… un peu comme un enfant qui bouderait ou piquerait sa crise parce qu’il refuse une contrariété, une autorité etc.

N’y aurait-il pas un peu d’orgueil à être dans le contre?

Par l’acceptation.

Lorsque tu acceptes de regarder en face les choses comme elles sont. C’est un peu comme si tu baissais les armes et essaies de te rendre compte que ces armes-là, c’est contre toi-même en fait que tu les as levées !

Et là, tu DEVIENS plus fort (forte)

Tu te “désemprisonnes” de ton contre et tu peux à nouveau avoir une vision beaucoup plus large qui va te permettre d’envisager la ou les solutions possibles

Tu as lâché prise ! (quel soulagement)

Alors, tu redeviens maitre de ta vie et tu es en état d’appliquer le ou les actes nécessaires à débloquer la situation.

Je ne vais pas toujours parler de la loi de cause à effet ou de la loi d’attraction car, en fait, tu n’as pas besoin d’y adhérer ni de la connaitre pour comprendre ce que je te dis là.

Comme je répète souvent lors de mes enseignements :

– Ne me crois pas, fais l’expérience !

 

J’irai même jusqu’à dire que pour moi, le lâcher prise s’acquiert en même temps qu’une certaine sagesse : Lorsque nous sommes suffisamment “souples” pour vivre pleinement chaque moment, sans se faire du mal à se confronter au passé ou aux réflexes connus, en s’acceptant tels que nous sommes avec nos qualités et nos défauts. En nous acceptant comme des êtres imparfaits. En fait, cela demande un certain courage.

Je ne sais pas si c’est le moment et si c’est en adéquation avec ma définition mais je lâche prise (rire) et je te livre ma vision au moment où j’écris ces mots : celle de cette fable de Jean de la Fontaine, tu connais ?

                                  crédit photo – http://le.nicso.free.fr/chene12g.jpg

En fait, le chêne est contre le vent et se trouve déraciné malgré son acharnement à résister…

alors que le roseau accepte la nature et ploie. Je trouve ça génial ! Il fait de la nature son alliée et du coup, il ne résiste pas mais devient résistant dans la douceur et la simplicité.

“Il ne résiste pas mais devient résistant”

Je ne sais pas toi, mais moi je trouve ça fort, trop trop fort !!!

 

Je te souhaite donc plein de belles expériences et cela me ferait plaisir que tu viennes les partager dans les commentaires ci-dessous.

 

Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi:

  1. Ne Parlez Pas Politique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *