Cure de Raisins pour Débutants


Etes-vous de ceux qui entendent combien la cure de raisins peut être bénéfique et avez-vous envie d’essayer ? Mais voilà, comment la mettre en place ?

Vous avez bien sûr le « protocole » selon les explications d’Untel ou d’un Autre… seulement, vous hésitez.

« – Ne manger que du raisin pendant plusieurs jours ?

  • Comment allez-vous tenir ?
  • Serez-vous en état pour travailler ?
  • Comment assumer le quotidien ?
  • Et puis, votre entourage va-t-il comprendre votre démarche ?
  • Combien de temps allez-vous tenir ?
  • Cela vaut-il la peine de la commencer si ce n’est que pour 3/4 jours ? »

Autant de questions qui vous empêchent de passer à l’acte et qui font que vous remettez cette expérience à l’an prochain !

C’est dommage car vous vous êtes privés d’un bon accélérateur de santé pour l’hiver qui arrive. Je vais donc vous donner des conseils avec toute la simplicité des mots possibles pour une meilleure compréhension de tous. Ici, je ne vais pas volontairement rentrer dans le jargon médical ou scientifique. Je vais vous donner différentes options pour aborder en douceur votre première expérience sur la cure de raisins qui se fait généralement au moment des vendanges c’est à dire sur le mois de septembre (aux environs du 15) jusque vers la mi-octobre.

D’emblée, sachez que la cure de raisins est celle dont on parle le plus mais toutes les cures de fruits sont excellentes pour la santé et chacune d’elles apportent ses effets bénéfiques. C’est pour cela qu’il est vraiment très intéressant d’apporter une consommation quotidienne de fruits et/ou de se faire des jus de fruits. Rappelez-vous simplement que « tous les fruits frais et de saison » sont les meilleurs à déguster et les plus complets pour leurs apports nutritionnels avec la condition de ne pas avoir reçu trop de pesticides… donc, même si certains jettent la controverse sur le bio, soyez assurés que les fruits (et légumes) issus de l’agriculture raisonnée ou bio seront toujours les plus sains.

PREPARATION A LA CURE

Je trouve qu’on ne parle pas assez de la préparation à une cure et pourtant, mon expérience me prouve à quel point cette phase est tout aussi importante (sinon plus) que la cure elle-même.

Pourquoi ?

Déjà, la préparation commence par la DECISION de faire cette cure. Cela demande d’être clair(e) avec soi-même et donc d’être « bien décidé dans sa tête » à vivre cette expérience.

Si vous abordez cette cure « pour faire comme tout le monde », « parce que c’est la mode », « parce qu’on vous a dit que vous alliez maigrir » et pour toutes les autres bonnes raisons qui feront que vous vous sentirez obligé de… vous pouvez être sûrs qu’à 80%, vous n’obtiendrez pas le résultat escompté !

Donc, c’est une démarche volontaire parce que vous avez du mal à passer l’hiver sans être malade, parce que vous vous sentez fatigués, parce que vous dormez mal, parce que vous n’êtes pas résistants face au « sur stress », parce que vous en avez lu tous les bienfaits et vous souhaitez vraiment apporter cela à votre corps, parce que vous demandez  à vérifier ces dires et rien ne vaut l’expérience etc. Là, oui, vous serez très certainement satisfaits du résultat.

Personnellement, depuis une chimiothérapie et radiothérapie, je suis restée très fragile sur certains points et pendant une période de trois ans, les hivers se passaient assez mal. Je cumulais rhume, bronchite et trachéite jusqu’à devenir aphone plusieurs semaines. L’année passée, je me suis sentie de reprendre ma cure de raisin. Je l’ai fait pendant deux semaines. J’ai passé un hiver en étant en bonne santé. Je n’ai eu qu’un rhume au mois d’avril qui n’a pas duré trop longtemps. Je reprends donc cette année mais je fais ma cure en étant très à l’écoute de mon corps : je ne programme pas de le faire une semaine, deux ou trois… je décide de le mettre en place et je vois au fur et à mesure des jours ce qui se passe.

Vous l’aurez compris, ne négligez pas cette prise de décision. C’est la toute première étape.

Ensuite, même si vous partez avec l’idée d’un nombre de jours, autorisez-vous à arrêter avant ou à continuer plus longtemps. Soyez « flexibles ». Adaptez-vous à ce que vous allez vivre, VOUS et VOTRE CORPS.

Votre préparation peut se faire sur 2/3 jours ou plus si vous en ressentez le besoin. Quelque soit ce laps de temps, le but est de diminuer ce que vous avez l’habitude de manger en quantités ET aussi en qualité.

Cela sera plus ou moins facile et dépendra de vos habitudes alimentaires : si vous êtes plutôt dans la « malbouffe » ou si vous êtes déjà attentifs à prendre des aliments de qualité.

Si vous êtes dans la malbouffe, vous aurez déjà à diminuer très sérieusement tout ce qui est sodas, gâteaux ou bonbons en tous genres, café ou autres excitants ainsi que la viande rouge. Le but étant d’arriver à ne plus en consommer du tout avant de partir dans la phase « cure ».

Si vous êtes déjà dans une conscience alimentaire, diminuer les quantités jusqu’à ne plus prendre que fruits et légumes.

Dans l’un et l’autre cas, buvez beaucoup d’eau ENTRE les repas. C’est le début de ce que j’appelle « la douche intérieure ».  Vous devez arriver, tout en respectant votre rythme, à manger en plus petites quantités des fruits le matin, milieu de matinée si vous avez une sensation de faim, légumes crus le midi, fruits milieu d’après-midi et légumes plutôt cuits le soir. Une cuisson vapeur c’est bien mais vous pouvez aussi mettre un fond d’eau dans une casserole juste le temps que les légumes « fondent ».

Pour garder la notion du plaisir de manger, parfumez vos légumes avec du persil, de la coriandre, du thym, du laurier, du basilic etc. Toutes ces bonnes herbes aromatiques qui remplacent avantageusement le poivre et le sel.

Déjà, à ce stade, dites-vous bien que vous donnez à votre corps UN REEL SOULAGEMENT qui lui permet de commencer à nettoyer tout le surplus accumulé tout au long de l’année par mauvaises habitudes alimentaires ET stress +++ Vous pouvez même avoir des émotions qui ressortent comme l’envie de pleurer. C’EST NORMAL. Vous pouvez vous sentir fragilisés MAIS vous passez par ce stade pour VOUS RENFORCER.

Soyez donc gentils avec VOUS et VOTRE CORPS. Remerciez-vous de faire cette démarche et remerciez-le pour le bon usage qu’il sait en faire.

LE TEMPS DE LA CURE

Je ne suis pas pour « imposer » une quantité de raisins à manger par jour. Je suis pour que vous profitiez de cet apprentissage pour apprendre à ECOUTER VOTRE CORPS. Aussi, pendant la cure, manger le raisin qui vous plait. Blanc ou noir, il vous apportera tous ses bienfaits. Personnellement, j’aime bien alterner les deux. Evitez toutefois d’en manger plus de 2kgs par jour (vous verrez très vite que le raisin nourrit) et après 19-20h pour que votre digestion soit faite et vous prépare ainsi à une bonne nuit de sommeil bien récupérateur.

Prenez le temps de bien mâcher peau et pépins (si les pépins sont trop gros et que vous n’aimez pas, recrachez-les. Cela peut être désagréable en bouche.).

Savez-vous que dans la symbolique, lorsque vous prenez le temps de mâcher, vous réunissez le yin et le yang ? Vous donnez de l’équilibre à votre corps. L’assimilation n’en sera que meilleure.

IMPERATIF : vous mangez donc, sous prétexte que c’est du raisin, vous n’êtes pas en train de faire autre chose. C’est votre repas. Vous vous asseyez et vous mangez !

Selon comment vous le sentez, vous pouvez maintenir vos trois repas par jour ou manger toutes les deux heures. Perso, je mange plutôt en petits repas que je prends comme des pauses bénéfiques dans le courant de ma journée, selon mon envie et surtout selon mon ressenti. Je fais confiance à mon corps.

La sensation de faim va intervenir, selon chacun, dans les 48 à 72 heures mais si vous avez bien fait la phase de préparation, il se peut que vous ne la ressentiez pratiquement pas. En fait, ce n’est pas que vous avez faim. Notre corps a suffisamment de quoi « puiser » dans les réserves (bonnes ou mauvaises) qu’on lui donne tout au long de l’année. C’est plus une sensation de faim dûe à vos habitudes alimentaires et aux quantités ingérées. C’est donc votre mental qui vous donne cette sensation de faim.

Il faut donc calmer « monsieur Mental ». Trompez-le sciemment en buvant de l’eau tranquillement pour lui donner l’impression de satiété. Vous pouvez aussi alterner avec des tisanes froides ou chaudes selon vos préférences du moment. Et pour ceux qui auront encore du mal, faites-vous un bouillon de poule par exemple que vous prendrez à la cuillère comme un potage.

Si vous travaillez, il sera « occupé » pendant ce temps et lorsque vous rentrez, prenez le temps de vous reposer. Tant pis si le ménage est moins bien fait sur cette semaine-là. Vous demandez à votre corps de faire un effort supplémentaire en travaillant, remerciez-le en lui donnant le repos mérité.

Si vous êtes chez vous, occupez-le en profitant de cette cure pour vous reposer. Faites du dessin, lisez, marchez d’un pas tranquille : profitez pour PRENDRE LE TEMPS de regarder la nature etc. Evitez de vous « abrutir » avec la télé, encore moins avec des jeux vidéos c’est à dire tout ce qui peut « exciter » votre cerveau et votre système nerveux.

La cure, c’est comme une parenthèse, une soupape, un ballon d’oxygène que vous apportez à VOUS et VOTRE CORPS.

Si dans la semaine, vous faites un « écart ». Ne vous engueulez pas ! Soyez sympa avec vous. Reprenez de là où vous en étiez. C’est tout.

Bien sûr, ne me faites d’écart tous les jours si non, arrêtez tout de suite ! Hé, petits malins, je vous vois venir hein ?  » – Ah on peut faire des écarts, alors allons-y gaiement… » Non, non, non. Il faut un minimum d’effort si vous voulez être satisfait du résultat ! Hé, hé on ne la fait pas au vieux singe que je suis… Croyez-moi j’ai de l’expérience ! J’ai mené plusieurs cures de diète et jeûne en trente ans d’aide à la personne…

Comme sur le temps de préparation, vous pouvez avoir des manifestations plus ou moins agréables comme mal à la tête, « mal au cœur », des sensations de vertige (il vous faudra être plus doux dans vos mouvements), des boutons qui apparaissent etc. Toutes ces manifestations sont la preuve que votre corps nettoie et va « réparer » là où se trouve votre urgence. Ces phénomènes sont directement dépendants de votre « encrassement » physique et mental. Donc, pas de panique. C’est normal et cela ne dure que sur peu de jours. Si un symptôme persistait au-delà d’une semaine, consultez et reprenez doucement votre alimentation comme indiqué dans le paragraphe « reprise alimentaire ». D’ailleurs, je suis à votre disposition sur ce laps de temps que vous accordez à votre santé aussi n’hésitez pas à poser vos questions ou décrire ce que vous ressentez dans les commentaires, je vous répondrai.

Vous verrez d’ailleurs que votre corps se nettoie par l’odeur et la couleur de plus en plus foncée de vos urines. Lorsque j’ai repris ma cure de raisins après le traitement de chimio et radiothérapie, j’ai été pendant plusieurs jours avec des urines presque noires et je ne vous parle même pas de l’odeur ! J’ai pu souvent constater que les personnes très médicamentées avaient ce résultat…

Lorsque vous ressentirez que vous commencez à « lâcher »,  que le raisin commence à « vous sortir par les yeux », que cela devient fatigant moralement de ne manger que çà etc. Surtout, ECOUTEZ-VOUS, VOUS et VOTRE CORPS, et commencez à reprendre une alimentation plus complète et plus variée.

Mais ne soyez pas étonnés si, au fur et à mesure du temps, vous constatez qu’au final, il est plus facile que vous ne le pensiez de continuer la cure et de vous sentir avoir autant la « pêche ! »

LA REPRISE ALIMENTAIRE

Il faut reprendre l’alimentation petit à petit. Plus votre temps de cure aura été long, plus la reprise en vue d’une alimentation complète doit se faire sur plusieurs jours. Facile à comprendre. Votre estomac s’est « rétréci ». Votre corps est encore en phase de nettoyage. Et comme vous n’êtes pas des oies, n’allez pas vous GAVER sous prétexte que la cure est terminée !

Vous allez donc ré introduire les légumes le midi et le soir en gardant de petites quantités. Toujours les fruits le matin et l’après-midi autre que le raisin si vous souhaitez apporter de la variété. Pour ceux qui aiment la viande (blanche de préférence) ou le poisson, attendez encore un peu… ne serait-ce que 2/3 jours. Si vous pouviez faire cela pendant une semaine, voir plus, ce serait donner à votre corps l’opportunité « d’usiner » pour que vous restiez en bonne santé. Après cette semaine (ou plus), vous pourrez ré introduire les féculents que vous mangerez de préférence le midi. N’oubliez pas de toujours « laver » votre corps c’est à dire boire de l’eau entre vos repas.

Personnellement, je reprends avec un repas style « salade composée » le midi et garder le plus longtemps possible le raisin le matin et le soir.

Bien sûr, l’idéal pour VOUS et VOTRE CORPS serait de garder ces bonnes habitudes alimentaires, à savoir, manger en moins grosses quantités, varier avec beaucoup de fruits et légumes frais et de saison en allant choisir sur les étals de culture raisonnée ou bio.

Vous vous rendrez vite compte, surtout ceux qui étaient en malbouffe, de la vitalité retrouvée, de la qualité de votre sommeil, de votre endurance et de votre état de santé ! A cela, puisque vous serez en meilleure forme, vous aurez plus de gaité et un moral plus fort. Et ce n’est pas tout ! Regardez votre teint… plus lumineux, votre peau merveilleusement hydratée…  Que du BENEF. ! Alors, vous êtes partants ?

L’ENTRETIEN

Personnellement, j’aime bien faire ce que j’appelle des « fenêtres thérapeutiques » : elles consistent à prendre la décision sur 3/4 jours de baisser mes quantités alimentaires et de manger que des fruits ou que des légumes (voir même passer en diète, c’est à dire bouillons « épais » faits de légumes frais) pour « désencrasser » mon corps, lui donner ce ballon d’oxygène dont je parlais tout à l’heure. Même si nous faisons attention à notre alimentation, nous avons une vie généralement stressante et surtout pleines d’émotions que nous n’arrivons pas toujours à évacuer. Ces fenêtres thérapeutiques servent à nettoyer tout çà.

CONTRE INDICATION POSSIBLE

Si vous avez un problème grave de santé, vous devez en parler à votre médecin traitant pour être accompagné pendant une cure et respectez ces conseils. C’est la seule véritable contre-indication que je vous donnerai. Bien sûr, il n’est pas question que vous arrêtiez vos médicaments sous prétexte de faire une cure. Là encore, seul votre médecin est habilité à vous conseiller là-dessus. Prenez son avis.

Si vous avez le moindre doute sur le fait de faire ou pas. Ne le faites pas. Dans ce cas, adoptez déjà les conseils de l’après cure si votre alimentation n’est pas très équilibrée. Vous ferez déjà beaucoup de bien à VOTRE CORPS et donc A VOUS-MEME !

SI VOUS AVEZ UN PROBLEME DE FORMES plutôt que… LA FORME

Sachez que vous ne perdrez pas forcément de poids en faisant une cure de raisins, contrairement aux idées reçues. Votre corps ira toujours « remettre ou maintenir en santé » là où se situe son urgence et ce ne sera pas nécessairement vos formes que vous n’aimez pas ! Par contre, vous engagez dans un suivi alimentaire sain pour continuer les bonnes habitudes et aller vers un amincissement durable, c’est l’idéal après la cure qui déjà, vous met en conditions optimales pour réaliser cet objectif de RETROUVER LA FORME SANS LES FORMES !

Mon programme « Mincir en Bonne Intelligence » est proposé au moins une fois par an – Si vous êtes intéressés, inscrivez-vous dès maintenant

Je veux être bien dans ma tête et dans mon corps… M.B.I.

Soyons clairs, vos données sont pour moi une preuve de confiance. Elles ne seront ni cédées ni vendues… je m’y engage !

En attendant, je vous souhaite une TRÈS BONNE CURE de raisins et surtout, posez-moi toutes les questions que vous voulez à ce sujet, j’y répondrai ou bien partagez votre expérience ! Oui, dites-moi comment çà se passe pour vous ! Si vous avez quelques difficultés, contactez-moi, je vous accompagnerai et nous en ferons profiter tout le monde. A plusieurs, c’est plus facile de réussir et de s’encourager ! Je vous attends ici, dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *