Faire l’Amour Après Une Séparation


Après le succès de mon article sur “Faire l’amour à soixante ans et plus…” et vos encouragements à continuer sur ce sujet (que ce soit dans mes commentaires ou par contact mails… Merci, merci, merci) voici :

       DEUXIEME ACTE

FAIRE L’AMOUR APRES UNE SEPARATION

Dans la majorité des cas, je vois bien, au travers de ma clientèle ou des histoires de cœur de mes amis, que refaire l’amour après une séparation est souvent vouée à une grande désillusion, voire à de nouvelles blessures.

Si vous êtes dans ce cas, j’espère que ce qui suit, va vous donner un éclairage sur ce qu’il faut faire et ne pas faire ! Valable pour les hommes comme pour les femmes.

 

Prenons deux cas concrets : (les prénoms sont modifiés volontairement pour des raisons évidentes de confidentialité)

1ère histoire

Albert et Henriette sont ensemble depuis dix ans, mariés depuis six ans. Ils ont construit leur maison, ont deux enfants et tout “semble” aller bien si ce n’est qu’Henriette s’ennuie, s’aperçoit que ses sentiments ont changé et qu’elle n’aime plus Albert. D’ailleurs, depuis la naissance du deuxième enfant, plus envie de faire l’amour ni d’un côté, ni de l’autre. Ils sont encore jeunes mais font penser à ces couples qui “cohabitent” dans une routine “plan plan” plus qu’ils ne vivent.

Henriette demande le divorce. Même s’ils décident de faire un divorce à l’amiable, les choses sont difficiles aussi bien pour l’un qui se sent floué, trahi et ne pense même pas qu’il est AUSSI responsable de cette séparation et pour l’autre qui passe pour la “garce” de service, se sent jugée et doit supporter les incompréhensions d’amis qui n’en sont plus vraiment… Forcément, puisque c’est elle qui a OSE prendre la décision qui, en définitive, planait sur le couple depuis quelques mois mais voilà, comme toujours, il y en a un qui a plus la volonté de cesser ce qui ne lui correspond plus.

Alors, peu importe, si cette décision fut difficile à prendre. Peu importe si cela lui a demandé du courage. Peu importe si elle pleure en silence… Celui qui prend la décision est COUPABLE.

          Quelques mois passent…

Henriette se sent libre. Elle revit, retrouve sa féminité. Elle prend à nouveau plaisir à se mettre en jupe, se maquiller, chausser des talons. Elle troque son air morose contre une mine réjouie. Forcément, elle attire le regard des hommes !

QUE C’EST BON DE SE SENTIR A NOUVEAU DESIREE

Mais est-ce pour autant si facile de se laisser aller à faire l’amour de nouveau ?

Henriette a des appréhensions. Il y a longtemps qu’elle a fait l’amour. Elle a l’impression que son corps est anesthésié. Est-elle encore en capacité à éprouver du plaisir ? Elle a peur.

Elle se sent à nouveau belle, désirable, oui c’est sûr. Mais comment va-t-elle réagir au moment de faire l’amour ? Avec Albert, ce n’était pas forcément l’extase. Comme beaucoup de femmes, elle a plus simulé qu’elle n’a eu de vrai plaisir. Et lorsqu’elle a voulu en parler… Albert n’était pas dispo à parler “de ces choses-là”.

Elle rêve d’autre chose. Elle retrouve ses envies d’adolescente. Elle veut un prince charmant.

Et elle fait une rencontre. Son cœur bat plus fort, plus vite. Elle se sent en émoi.

Victor est quelqu’un d’attentionné. Dieu que ça fait du bien ! Il y a si longtemps qu’elle avait l’impression de passer pour “la boniche de service” plutôt que “la femme” de son mari.

Victor est doux. Et lorsqu’ils font l’amour, elle se sent à nouveau épanouie ! Elle jubile, son corps n’est pas du tout endormi. Elle prend son pied et c’est merveilleux.

C’est sûr, elle l’aime.

Forte de cette nouvelle vie, elle devient exigeante et ne comprend pas que cette relation n’aille pas plus loin, plus vite. Elle est impatiente de vivre un nouveau bonheur…

MAIS EST-ELLE PRETE ?

Victor n’est pas prêt, lui, à s’engager plus avant même s’il dit avoir des sentiments pour Henriette. Alors, elle ne comprend pas et la relation, à peine commencée, se dégrade.

VOILA CE QUI ME FAIT DIRE QU’HENRIETTE N’EST PAS PRETE

Lorsqu’on cesse une relation, notre hâte à retrouver l’amour n’est pas forcément la meilleure conseillère. Il s’agit là plutôt de désir :

  • le désir de se sentir à nouveau vivant
  • le désir de se sentir à nouveau femme (dans le cas d’Henriette)
  • le désir de se sentir aimé
  • le désir de se sentir séduit etc.

MAIS,  si on ne se donne pas le temps de faire pleinement LE DEUIL de cette étape de vie qu’on vient de quitter, il est très facile de se tromper dans ses sentiments et, plus handicapant pour un avenir à deux, il y a fort à parier qu’on va revivre les mêmes erreurs.

En effet, le fait de faire en conscience le deuil d’une étape de vie permet normalement d’en tirer des leçons. Seulement, si on part trop vite dans une nouvelle relation, on n’a pas le temps de faire ce bilan.

Si Henriette se donne cette chance et le temps nécessaire à faire le deuil de ces dix années de vie avec Albert, qu’elle devient plus mature pour aller vers une autre relation, alors, elle se donne tous les possibles de vivre une histoire d’amour comme elle le souhaite que ce soit avec Victor ou avec quelqu’un d’autre.

CE QU’HENRIETTE NE SAIT PAS ENCORE

Victor est peut être son futur compagnon mais l’un comme l’autre, pour construire quelque chose de solide à la base, doivent faire le deuil de leurs “presque” EX histoires.

Mais il est possible aussi que Victor ne soit sur son chemin que pour lui apporter la réponse que son corps est bel et bien vivant et peut avoir du plaisir à faire l’amour.

 

2ème histoire

Fanette et Louis se sont connus alors que Louis était en couple. Ils sont donc restés amis pendant un certain temps malgré leur attirance réciproque. Il y avait beaucoup de complicité entre eux et Fanette se rendait bien compte que le couple se disputait souvent, en partie à cause de l’inconstance de Louis, vivant “à la petite semaine” et surtout de son penchant pour l’alcool.

Puis les années passèrent et ils se perdirent de vue.

Un jour, Louis appela Fanette car il se trouvait qu’ayant quitté sa compagne et déménagé, il venait de voir qu’ils habitaient dans la même région.

Fanette, ravie de revoir Louis et en manque d’amour (ce paramètre est très important pour la suite), retrouva son attirance intacte pour “ce beau voyou qui plaisait tant aux femmes…” et “goba” les paroles de Louis lorsqu’il lui affirma “ne plus boire”, “avoir tiré les leçons de son ancienne relation etc etc.”

Elle voulait y croire et elle tomba aisément et avec assentiment dans le piège de ce “charmeur” qui, comme tout charmeur, est aussi un beau parleur…

Louis est un homme qui a un besoin viscéral de plaire aux femmes. Il se reconnait dans les yeux de celles qui l’admirent. Tant qu’il se sent “briller”, il est charmant, attentionné, tendre en amour… mais voilà, il est aussi et toujours alcoolique, sans emploi et inscontant.

Deux ans plus tard, Fanette se trouve en difficultés financières et elle en a marre de tout payer dans le ménage. Elle demande à Louis de se trouver du travail et de l’aider. Comme il ne bouge pas plus que ça, parlant toujours “du bon coup qui va lui arriver”, Fanette lui reproche de plus en plus son alcoolisme… entre autres choses. Ils ne font plus l’amour. D’ailleurs, la dernière fois qu’ils ont fait l’amour, Louis ne s’est pas pré occupé de son plaisir et lui qui parle toujours de ses fantasmes réalisés, reste dans la position du missionnaire. A croire qu’il ne sait vivre que dans l’imaginaire et pas dans la réalité.

Fanette, déçue, bafouée, se sentant impuissante, coule petit à petit dans une espèce de dépression et sent bien que, si elle continue, elle va “en crever”. La voilà qui se retrouve à nouveau devant une certitude :

Elle ne sait qu’attirer les “chiens perdus sans collier” et elle croit pouvoir les sauver !

Devant cette conscience, elle réagit et se dit “plus jamais”. C’est terminé.

Il lui faudra deux mois et l’aide d’un ami pour arriver à ce que Louis quitte sa maison.

Deux mois très éprouvants car Louis, ne voulant par partir mais “vivre sa vie comme il l’entendait”, passait des menaces et des mots assassins à se mettre à genoux, demander pardon, lui assurer qu’il l’aimait et que “l’autre ou les autres” ne représentaient rien.

Qu’il reviendrait toujours !   

Et oui, c’était ce genre de promesses que Louis pouvait dire comme celle de “cesser de boire” et qu’au final c’était elle, Fanette, qui avait un problème avec l’alcool. Pas lui.

Et devinez ce qu’à fait Louis ? Il est parti chez une autre femme dans les yeux de laquelle il brillait… revivre la même histoire… (Fanette l’apprendra quelques mois seulement plus tard)

 

Quant à Fanette, il lui faudra quelques années pour se remettre de cette histoire qui venait en résonnance avec son mariage quelques trente ans plus tôt : mari fainéant, bringueur et alcoolique qui la quitta avec quelques dettes sur le dos.

Elle travailla donc sur ces deux histoires. Puis se reconstruit au fur et à mesure de nos séances en thérapie.

Faire l’amour pour elle, est encore un peu difficile aujourd’hui. Non pas qu’elle n’en ai pas envie, au contraire, elle se sent prête à accorder sa confiance et elle est lucide sur ce qu’elle veut et ne veut pas. Mais le temps a passé et elle ne sais plus trop QUI est son corps. Avec l’âge, elle a bien conscience que le désir qu’elle peut se donner vient plus lentement. Elle sent bien une sècheresse vaginale. Elle a besoin de tendresse et de beaucoup de douceur car elle a souvent été maltraitée dans ses relations intimes.

Lors d’une rencontre, elle a pris le temps de “SE” dire à Arthur qui l’attirait. Ils se sont rencontrés lors d’une manifestation musicale. Arthur a réveillé en elle le plaisir de se sentir “Femme” avec un grand F.

Ils ne sont plus tout jeunes et Arthur a souhaité très vite faire l’amour.

“ – On a passé le temps, tu ne crois pas, de se faire la cour ? A notre âge, on sait ce qu’on veut.”

GRAVE ERREUR MON AMI !

Quelque soit l’âge, les femmes aiment être courtisées.

Fanette s’est laissé embrasser, caresser mais lorsque Arthur a voulu complètement la déshabiller et aller plus loin dans leurs ébats, elle ne se sentait pas tout à fait prête.

En fait, elle voulait justement qu’on lui fasse la cour.

A force de tendres persuasions, Arthur réussit à l’entrainer dans sa chambre. Fanette se disait qu’il fallait peut être qu’elle se lâche… Le résultat fut plutôt décevant. Arthur eut une “panne” mais ce n’était pas ça le plus important.

Ce qui importait le plus, c’est que Fanette savait qu’elle serait prête sans avoir à être “persuadée” et qu’elle devait encore plus se positionner dans ses désirs et non désirs.

Quant à Arthur, qui voudrait bien combler la distance que Fanette a mis dans leur relation, replaçant celle-ci sur un plan plus amical qu’amoureux… il n’a pas tout compris.

VOILA CE QUI ME FAIT DIRE QU’ARTHUR N’A PAS TOUT COMPRIS

Pour probablement les mêmes raisons qu’Henriette “n’est pas prête”, Arthur est en manque d’amour.

En tant qu’homme, il a certainement le besoin de se prouver que sexuellement, il assure.

MAIS, CE QU’ARTHUR NE SAIT PEUT ETRE PAS

C’est qu’il doit terminer son histoire actuelle ! En effet, Arthur n’est pas tout à fait séparé de son ex. Ils se voient encore beaucoup pour des raisons de patrimoine et leur relation les entraine dans un dialogue de sourd, difficile à vivre.

Arthur doit entretenir ce patrimoine pour le vendre mais c’était son rêve qu’il avait réalisé et investit. Le deuil est très important à faire pour qu’il soit dans l’acceptation de lâcher ce rêve et de partir ailleurs.

Pour l’instant, Arthur est dans une phase dépressive et il va être plus enclin à attirer des femmes-sauveurs. Est-ce cela qu’il veut ?

Une mère, une infirmière, une béquille pour passer “le cap” de son histoire actuelle ?

Le gîte et le couvert comme, au final, ce qu’à fait Louis ?

Comprenez-moi bien, je ne suis pas en train de dire que Louis l’a fait consciemment et c’est bien là le drame. C’est que c’est devenu un mode de vie pour lui et qu’à chaque rencontre, il pense aimer. Quant à Fanette, dans leur histoire, elle y a trouvé son compte : son manque d’amour a été comblé pendant un certain temps…

Dans chacune de nos histoires, nous y trouvons notre compte.

Arthur, pour l’instant, n’est pas du tout en capacité à apporter à une femme ce qu’elle attend d’un homme :

La sécurité. L’envie de poser sa tête sur son épaule même si Arthur est plein de bonté et serait prêt à aider…

Il est encore bien trop empêtré dans son histoire.

Côté amour, il est dans “le vouloir”. Peut être qu’aujourd’hui, satisfaire sa sexualité lui suffirait et dans ce cas, il faut qu’il cherche des partenaires sexuelles ou aille voir des prostituées.

Il doit, en tous cas, s’assurer de ce que recherche la femme qui lui plait et ne pas confondre “faire l’amour” et “baiser”. (pardon d’être si crue… mais appelons un chat, un chat)

Et rappelons-nous, que “faire des câlins” n’a pas souvent la même signification pour l’homme et pour la femme. Donc, il faut en parler pour savoir comment chacun se définit dans cette envie de câlins.

CE QUE TOUTES LES “HENRIETTE”, “FANETTE”

ET “ALBERT”, “ARTHUR” “LOUIS” OU “VICTOR” DEVRAIENT FAIRE

Vous l’aurez compris, la première étape est de faire son deuil.

J’ai parlé des étapes du deuil dans mon article “Avez-vous Fait Votre Deuil ?”

Ensuite, c’est se donner le temps de se reconstruire :

Même si la décision vient de vous, vous avez besoin de vous reconstruire.

Vous avez à vous “installer” dans de nouveaux repères. Soyez conscients qu’un changement de repères est source de stress même si ce changement est souhaité.

Il vous faut peut être déménager ou ré emménager à votre goût le lieu que vous gardez… en d’autres termes, vous l’appropriez.

Il vous faut revoir votre organisation du temps. Votre travail se trouve peut être plus loin ou plus près. Les enfants ont peut être changé d’école etc.

Vous avez à revoir votre organisation en prenant conseil sur mon article “Comment bien S’Organiser pour la Rentrée” car, au final, vous faites une… rentrée…

Trier l’essentiel du superflu” vous aidera aussi à faire votre deuil.

 

ET SURTOUT… SURTOUT…

Vous devez prendre le temps de vous pauser avant de foncer dans une autre relation.

Un bon repère pour savoir si vous êtes prêt(e)s pour construire à nouveau une vie de couple : VOUS SENTIR BIEN DANS VOTRE PEAU ET DANS VOTRE TETE

 

Ne pas trainer vos rancunes, vos regrets et votre manque de pardon que vous cachez souvent derrière un “oh, je m’en fous”… car c’est, à coup sûr, la meilleure façon que tout ce pataquès ressorte dans votre nouvelle relation.

 

Autrement dit, vous sentir suffisamment en sérénité avec vous-mêmes est une garantie que vous ne referez pas les erreurs du passé.

Etre en sérénité, c’est se suffire à Soi-Même. C’est se sentir bien en sa propre compagnie. C’est savourer ce qu’on a et ne pas courir après ce qu’on n’a pas…

 (et là, je parle de tous les aspects de notre vie)

SI VOUS FAITES PARTIE DE CEUX ET CELLES QUI ONT L’IMPRESSION DE REVIVRE TOUJOURS LES MEMES SCHEMAS EN AMOUR

Sachez que vous êtes ce que j’appelle dans mon livre qui va bientôt être édité (ça, c’est une avant-première, un vrai scoop… je ne peux plus reculer !) “Les Mendiants de l’Amour”

  • Vous avez besoin d’être aimé parce que vous n’êtes pas en capacité de vous aimer
  • Vous ne supportez pas de vivre seul(e)s
  • Vous avez besoin de vous sentir rassuré(e)s etc.

Ce sont de bonnes raisons qui faussent votre regard sur une nouvelle rencontre. Vous ne voyez que ce que vous voulez voir pour satisfaire, à n’importe quel prix, à l’un de ces besoins.

D’ailleurs, l’un des schémas les plus classiques se passe ainsi :

Vous faites la rencontre. Tout est merveilleux, vous êtes au 7ème ciel. Vous ne voyez que des qualités et vous vous persuadez (souvent inconsciemment) que c’est forcément (enfin !) la “bonne” personne. TOUT FAUX.

Très vite, vous allez voir des défauts et même souvent, des défauts qui vont vous rappeler “l’autre”, votre ex et vous désenchantez. VRAI OU PAS ?

En fait, c’est comme si vous vous serviez de béquilles.

A certains moments de nos vies, elles sont “utiles” et nous permettent d’avancer plus loin mais c’est rarement avec elles qu’on finit notre vie car dès que nous savons à nouveau marcher sans elles… nous les laissons sur le bord du chemin.

Alors que la personne que vous voyez tel qu’elle est, avec ses plus et ses moins, celle qui vous respecte, celle qui vous entend et vous accepte comme vous êtes… Celle là, OUI, vous avez toutes les chances de vraiment construire avec elle.

Avec cette personne, vous ne vous poserez pas de questions. Tout sera simple et coulera de source. Même pour faire l’amour, vous saurez vous faire confiance mutuellement et vous écouter dans vos désirs.

Vous saurez vous donner le temps de vous apprivoiser.

 

Voilà les amis ce que j’avais envie de partager avec vous aujourd’hui sur ce sujet… Et ce n’est pas fini (comme dirait une certaine pub à la télé…)

MERCI DE PARTAGER SUR VOS RESEAUX SOCIAUX

POUR QUE l’AMOUR CIRCULE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *