Fautes ou Pas « Fotes »… où va l’orthographe ?


Qu’en est-il de notre bonne vieille langue française aujourd’hui ? Son évolution est toujours matière à polémique entre les académiciens dès lors qu’il est proposé un changement de notre orthographe. Du coup, y-a-t’il « Fautes ou pas Fotes » lorsqu’on lit tous ses mots déformés, écornés, raccourcis par la génération des textos ? Le but de cet article n’est pas de dire si c’est bon ou mauvais mais je constate que parfois, il y a de quoi y « perdre son latin »

Extrait de expressio.fr sur « perdre son latin » ou « ne plus rien comprendre »  

Au XIVe siècle, « perdre son latin » s’appliquait bizarrement aux oiseaux, incapables de parler le moindre langage, comme n’importe quel autre animal.
Au XVIe, la locution signifie aussi bien « renoncer à comprendre », montrant ainsi la difficulté de cette langue pour un Français, que « ne plus savoir que faire, ni que dire » et qui s’exprimait aussi sous la forme « être au bout de son latin ».
Elle a également été utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles pour dire « perdre son temps et sa peine, travailler inutilement à quelque chose ».

La dernière édition du dictionnaire s’est enrichi de plusieurs milliers de mots, acceptant certains aux consonances étrangères mais rentrés dans le langage courant (prenons comme exemple les termes scientifiques, informatiques etc.) ainsi que plusieurs abréviations. Les accents circonflexes cèdent la place comme maitre au lieu de maître… l’adoption d’un langage plus conforme à la prononciation qu’à son étymologie semble se développer.

J’ai toujours été très bonne en français et, à l’école, j’ai beaucoup aimé apprendre le latin… langue « morte » mais au combien chantante et agréable à mon oreille… beaucoup plus que la langue anglaise très conseillée pour évoluer dans le monde.

Ce qui ne veut pas dire que je ne fais jamais de fautes.

D’ailleurs, je pense que personne ne peut dire « jamais » dans le domaine de l’orthographe et il y a plusieurs raisons à cela :

  • La difficulté des terminaisons grammaticales,
  • Le sens multiple de certains mots et la langue française est très douée pour cela !

Exemples « canard » qui désigne l’animal mais aussi un journal, une fausse note ou la cuisinière qui sert à chauffer les plats confectionnés par la cuisinière…

  • Le mélange du français académique avec tous les dialectes de nos différentes régions issus depuis le moyen âge par la langue d’Oc (langage du sud) et la langue d’Oïl (langage du nord)
  • L’adoption de mots issus des langues étrangères, ainsi va-t-on parler de waterproof (étanche), jockey (cavalier équestre), jackpot (succès immense), fiesta (fête), guérilla (guerre) baraka (abondance) etc. et même pyjama d’origine Hindi ou anorak d’origine Inuit…
  • Les fautes de syntaxe comme confondre le « a » en tant que verbe avec le « à » en tant que préposition
  • Le débat qui dure toujours sur la féminisation de certains titres, métiers, fonctions ou grades… (voir le français aujourd’hui)

 

« Cet article faisant partie du défi lancé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse aux blogueurs quel que soit la thématique de leur blog.

Je vais continuer sur « Fautes ou pas fotes » en parlant surtout de ce qui se passe dans le monde des blogueurs…

Pour lire les articles de tous les participants de la semaine, il vous suffit d’aller sur http://www.trucsdeblogueuse.com/fautes-orthographe-coulissesdublog-3/

Si vous avez un blog, vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 » 

Comme je vous le disais, je suis assez performante à manier le langage et l’orthographe mais je sais que je fais des fautes lorsque j’écris un article tout simplement parce que je suis plus attentive à ce que j’ai envie de transmettre, donc au contenu, et du coup, je peux zapper quelques points grammaticaux.

Il est donc nécessaire de se relire ! Et l’astuce est de commencer par la dernière phrase écrite et de remonter le texte pour ainsi en « perdre » le contenu et porter l’attention sur l’orthographe. Malgré cela, il peut rester quelques couacs surtout si je relis mon texte aussitôt écrit… car je suis encore dans l’énergie du contenu. L’idéal est de relire son article quelques heures plus tard et en commençant pas la fin.

Il y a aussi les fautes de frappe : avec mon passé de secrétaire, je tape très vite et parfois, je peux déraper sur une touche…

Malgré cela, je suis attentive à ma formulation et à l’orthographe car je trouve qu’un texte écrit avec « trop » de fautes devient vite lassant, non professionnel et manque de sérieux autant pour la notoriété du blogueur que pour le respect de ses abonnés.

Je dis cela sans jugement pour le blogueur car il peut avoir un problème de dyslexie (troubles de la lecture) et de dysorthographie (troubles de l’orthographe), être d’origine étrangère et mal maitriser la langue française ou tout simplement avoir été un(e) mauvais(e) élève à l’école !

La difficulté qui peut se rajouter est que le langage d’un blog reflète très souvent le langage parlé de son auteur autrement dit « on écrit comme on parle. » (c’est d’ailleurs mon cas) SEULEMENT toutes ces explications n’excusent pas le manque que peut avoir un blogueur à bien écrire.

Même si certains font la propagande que tout le monde peut bloguer et écrire sur sa passion… je dis OUI à condition d’être bien conscient(e) de ses manques et de ses atouts.

Tout le monde n’est pas doué pour formuler et écrire correctement et tout le monde ne sera pas doué pour bien présenter un texte, créer un logo, améliorer un design, mettre en place des plugins, un formulaire etc.

Il est donc indispensable de trouver les outils et/ou les partenaires qui vont palier à ce manquement.

En matière d’orthographe, si vous travaillez sur WordPress, vous avez déjà un correcteur qui souligne d’un trait rouge les mots qui lui semblent suspects : à chacun de voir la ou les propositions faites pour corriger si nécessaire.

  • Si vous n’avez pas de correcteur, vous pouvez en télécharger : je vous ai trouvé un très bon article sur ce sujet !
  • Vous pouvez aussi écrire votre texte sur Word qui a un correcteur et faire un copier-coller.
  • Vous pouvez demander à une personne de vous relire avant de publier.
  • Vous pouvez signaler une faute à un blogueur, vous lui rendrez service mais attention ! Avec courtoisie, respect et en privé… car vous, comme moi, ne sommes pas à l’abri de faire des fautes…
  • Vous pouvez vous servir d’un traducteur en ligne comme Google le propose

Vous voyez qu’il y a beaucoup de possibilités pour écrire un texte clair, bien rédigé et sans fautes !

Il est quand même plus agréable de lire :

« Je ne veux plus faire de fautes et mettre tout en œuvre pour que mon contenu soit de bonne qualité et d’une belle écriture »

Que

« Je ne veu plus fère de fotes et maitre tou en oeuvre pour que mon contenu soi de bonne qualité et de bel ecriture »

 

 

 

 

 

 

Lors de mes recherches sur le sujet de la réforme de l’orthographe, j’ai trouvé un article sur un site que j’ai beaucoup apprécié : c’est une femme, Cathy, qui parle avec beaucoup d’humour… décapant mais criant de vérité !

Je lui ai d’ailleurs emprunté l’image suivante qui ressemble tout à fait à ce qu’on peut trouver sur les réseaux sociaux.


Les réseaux sociaux sont à l’image des textos : avec un parlé phonétique bien loin de notre langue française ! On y rajoute des émoticônes, des signes à décrypter… ce qui pourrait rappeler la sténographie ou certains hiéroglyphes des langues étrangères !

Pourquoi pas ? Mais il ne faudrait pas oublier l’origine des mots qui témoignent de la vie d’un peuple, perdurent sa culture, racontent l’histoire d’un pays… Dans les temps anciens, la connaissance transmise par les livres et l’écriture étaient réservées aux religieux, aux nobles, aux érudits et interdit au peuple pour le maintenir dans un état de dépendance !

C’est dire combien les mots sont importants alors je trouve qu’il faut les respecter et s’il est de bon ton de les faire évoluer, n’allons pas jusqu’à les dénaturer ou en modifier la racine.

Respectons l’héritage de nos anciens ! Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *