Les 7 Secrets pour Guérir de Tes Blessures


Je te donne ici les 7 secrets pour guérir de tes blessures. Ces blessures qui semblent ne jamais se refermer.

Ces blessures qui te mettent en souffrance dès que tu es contrarié(e), que tu te sens trahi(e) ou mal aimé(e). Tu connais bien ces schémas qui reviennent avec plus ou moins d’intensité et ta première réaction d’auto-défense est de réagir comme une victime : malgré ta souffrance, il t’est plus facile d’accuser tout ce qui est extérieur comme la société, un parent, un ami, une compagne, un voisin etc.

Cela semble paradoxal mais c’est un fait : la victime souffre mais trouve un grand bénéfice à le rester : elle s’évite ainsi la responsabilité de changer ce qui cloche dans sa vie !

C’est purement et simplement de l’auto-sabotage.

En te rendant dépendante de personnes extérieures, tu ne peux effectivement pas agir pour changer le cours des choses.

Pauvre de toi ! Alors, tu vas aller chercher des solutions chez d’autres personnes encore et encore. Tu vas les solliciter pour qu’elles t’apportent le miracle que tu espères.

Tu veux changer c’est sûr mais tu ne veux pas t’impliquer !

L’ennui, c’est que plus tu attends de l’aide d’ailleurs, plus ta vie va te signaler que tu n’es pas sur le bon chemin : tu vas donc vivre de plus en plus de situations qui vont te mettre en souffrance et que ton corps va somatiser. (revoir « Quand ton Corps te Parle »)

Et tu vas renforcer tes convictions que tout est contre toi, perdre ta confiance, ne plus croire en toi, douter des bons conseils que certains te donneront, t’isoler de ton entourage, durcir ta carapace avec autant de couches qu’une huître et ne voir que les choses négatives.

Pourtant, cette huître renferme une merveilleuse perle !

 

Tu te coupes de ta partie divine qu’est ton âme…

Ta vibration baisse et tu vas attirer de plus en plus d’autres « victimes » et les « bourreaux » (ceux qui te font vivre des choses difficiles et que tu ne cesses de critiquer) qui en fait, ne sont que des miroirs de ton état d’être. Sans t’en rendre vraiment compte, tu vas n’être plus que centré(e) sur tes déboires et mal-être.Tu deviens égocentrique. Tu cherches des « sauveurs », des faiseurs de miracle… en qui tu crois pour t’apercevoir bien vite que cela ne change strictement rien à ta vie. Et tu continues ta quête…

Tu ne seras plus vraiment à l’écoute de tes proches : tu passeras ton temps à te lamenter, à raconter à qui veut l’entendre combien ta vie est difficile tout en claironnant que tu veux t’en sortir ! Tu oublieras de t’intéresser à l’autre. Si, si, même si je te choque, tu seras bien trop occupé(e) à raconter tes misères que tu n’entendras même pas l’autre te dire qu’il (ou elle) a eu une dure journée, qu’il (ou elle) est fatigué(e) etc.  D’ailleurs, tu peux même arriver à douter de l’amour qu’on peut te porter. Forcément, puisque tu ne t’aimes pas et que tu veux changer et que tu voudrais enfin te sentir heureux, heureuse… mais sans t’impliquer plus que ça.

Autre paradoxe, c’est que tu es sincère lorsque tu dis que tu veux t’en sortir. Tu aspires vraiment à vivre mieux et en harmonie mais ça, ce n’est pas guérir ! Ce n’est même pas un début de guérison. C’est du vent…

Je suis dure n’est-ce-pas ? Mais sois honnête, ton être blessé ne se retrouve-t-il pas dans tout ça ? Je suis certaine que tu te reconnais. Tu sais pourquoi ? Parce que j’y suis passée. Je sais de quoi je te parle ! C’est pour ça que je te comprends fort bien.

Je peux même te dire que c’est difficile, oui, c’est difficile de changer ce que tu sais si bien être !

Le changement demande de l’implication, des efforts et de la volonté.

Et c’est là que j’interviens pour t’aider et te donner

Mais je te préviens, je ne serai pas forcément tendre dans mes paroles, en amour dans mon cœur, çà c’est certain et je te promets d’être efficace parce qu’il est grand temps que tu changes d’attitude si tu veux vivre (et non survivre) !

Voilà mon premier secret : Changer ton attitude à 380°. Un vrai plan d’attaque !

Tu seras bien d’accord que pour avoir des résultats différents, tu dois mettre en place des actions différentes.

C’est là où réside la difficulté : en effet, tout changement demande de s’impliquer à fond pour poser de nouvelles façons de penser et de faire. Alors, je n’ai pas dit que le virage à 380° doit se faire en une seule étape OK ? Bien que dans certains cas, c’est mieux.

Tu vas déjà commencer par une grande action et là, c’est mon deuxième secret : DÉCIDER SINCÈREMENT

Tant que tu resteras au stade du désir, tu n’avanceras pas. Suis-je assez claire ?

Il te faut t’impliquer et DÉCIDER de changer ta vie. Et pas n’importe comment : le « sincèrement » est très important. Si tu dis que tu décides pour faire plaisir à quelqu’un ou pour qu’on te fiche la paix, ta décision n’a aucune valeur et tu ne sauras pas t’impliquer. Tu dois décider pour toi parce que tu refuses désormais d’être cette pauvre victime qui ne peut rien faire à part se lamenter et trouver tout injuste.

Donc, du fond de ton cœur, tu t’impliques et tu te dis à toi-même haut et fort :

« – JE décide de manifester et d’incarner le bonheur et la Joie de vivre. Je quitte mon manteau de victime et revêt ma cape de combattant ! » Parce que tu pars en guerre. Oui, tu pars en guerre contre les croyances que tu t’es forgé(e)s, tu décimes tes pensées négatives, tu chasses les visions négatives que tu peux avoir à l’encontre de certaines personnes et tu cesses de critiquer !!! A commencer par… TOI.

Décider sincèrement à TE changer, c’est un pas en direction de la guérison de tes blessures mais ce n’est toujours pas guérir !

C’est le starter pour poser des actes et là, tu manifestes mon troisième secret :

Selon ton « degré » de victimisation, tu dois te faire aider pour décoder ton histoire. Tout prend naissance dans ta petite enfance et parfois il faut peu de choses pour déclencher un désamour de soi : un parent qui va te dire que tu es nul(le), une punition mal vécue, une humiliation à l’école, l’environnement dans lequel tu as vécu etc. Même s’il te semble connaître ton histoire, tu as peut être « verrouillé » ton mental sur certaines choses qui furent difficiles à assumer et tu sauras mieux les « dégoupiller » si tu les fais remonter à la surface.

Donc, prendre rendez-vous chez un psychothérapeute sans oublier ton corps ! (Tu soignes la tête et le corps). Vas voir un médecin pour la partie physique à remettre en forme et ne te sabotes pas ! Vas bien à tes rendez-vous et prends ton traitement.

J’attire toutefois ton attention que le fait d’identifier tes blessures et raconter tes souffrances ne te guériras pas ! Cela te soulagera et te donnera les indications sur ce que tu as à changer. Je te le dis parce que j’ai trop souvent vu des personnes venir me raconter leur vie en long, en large et en travers et pourtant avoir toujours autant de difficultés à vivre. Certaines étaient très étonnées qu’après des années de psychanalyse, deux, trois mois avec moi suffisaient pour constater un grand changement dans leur vie !

En fait, ce n’est pas étonnant : je les accompagnais à poser les actes pour se reconstruire. A un moment donné, il faut arrêter de tout analyser, tout éplucher, tout expliquer et AGIR.

Tu peux donc ajouter à ces spécialistes un coach de vie (je te donne un terme général, à toi de trouver la personne qui te correspond le mieux pour accompagner le changement de tes habitudes) car tu vas, déjà à ce stade, commencer toi-même à casser ta routine :

 

  • Si tu prends ton petit déjeuner debout, en vitesse, à peine chaud… lèves-toi dix minutes plus tôt et donnes-toi le bénéfice de bien commencer ta journée par t’asseoir à table, en famille, et de te souhaiter, de vous souhaiter une belle journée. Si tu as pris le pli de bousculer tes enfants pour qu’ils se dépêchent parce qu’il faut courir, là aussi, lèves-les plus tôt pour que tout le monde se réveille en douceur et sans stress. C’est une bonne mise en condition profitable à tous !

 

  • Si tu sautes le déjeuner pour travailler et rentrer plus tôt le soir, prends le temps de faire une vraie pause déjeuner.

 

  • Si tu as pris le pli de faire des heures sup. qui te font rentrer tard à la maison au détriment d’être en famille, alors cesses cela immédiatement et rentres de façon à profiter d’une bonne soirée. Lorsque tu rentres, prenez le temps de vous raconter les uns et les autres votre journée dans ce qui a été plus agréable à vivre donc attention, à toi la victime, de ne pas commencer par gueuler sur ton patron qui est forcément un nul et sur ton job qui ne te plaît plus.

 

NON ! Tu vas trouver les bons côtés, il y en a forcément comme d’être satisfait(e) d’avoir bien fait tel ou tel dossier, d’avoir eu une conversation sympa avec un client, un collègue etc.

 

  • Le week-end, tu as ton ménage à faire mais prends le temps de sortir respirer dans la nature, seul(e) ou en famille. Il faut les deux.

 

Tu ne dois pas tout faire solo comme tu ne dois pas tout faire de façon fusionnelle avec ta famille… Rappelles-toi que les extrêmes sont négatifs.

Il faut trouver un équilibre : un temps pour être avec Soi, un temps pour partager avec l’autre.

Bon, tu comprends le principe ? Tu dois absolument opérer des changements dans ton organisation et tu peux même modifier la déco de ta chambre ou changer de place les meubles de ta pièce à vivre. Cela va t’aider à voir les choses autrement et surtout, amener ton mental à penser différemment !

C’est une période où tu peux te sentir fragilisé(e) et c’est normal puisque tu changes tes habitudes, que tu commences à casser ta carapace pour libérer la Joie de Vivre. En fait, de cette fragilité va éclore ta véritable identité (je vais en reparler un peu plus loin). Tu peux revoir aussi mon article sur « Reconnais tes faiblesses, tu seras plus fort ! »

Te voilà maintenant en route sur le chemin de la guérison, ce chemin où tu vas apprendre qui tu es vraiment mais ce n’est pas encore guérir !

Mon quatrième secret est certainement, après la prise de décision, le plus gros morceau pour guérir de tes blessures :

Le travail sur tes émotions. Chaque stress entraîne un choc plus ou moins important que ton corps « encaisse ». Reconnais qu’à un moment donné, il faut bien que ce corps se libère pour retrouver une bonne autonomie ! Si tu n’écoutes pas ces sonnettes d’alarme ou que tu soignes ta maladie physiquement sans t’occuper de vider tes émotions, tu ne résous rien. « Mal à Dit » est vraiment là pour t’aider à comprendre tout le mal que tu te fais en restant dans les mêmes schémas de pensées.

Donc, quand ton corps réagit, au lieu de t’inquiéter, tu devrais le remercier et t’autoriser à libérer tout le stress accumulé. Tu as de merveilleux exemples si tu prends le temps de regarder le bébé qui crie et pleure. De même, les enfants, à ce sujet sont nos meilleurs enseignants : selon leur humeur et leurs stress, ils crient, tapent du pied, pleure etc.

Retrouve ton enfant intérieur qui se rappelle très bien tout cela. Fais taire ton mental qui te dit que tu seras peut être ridicule de réagir ainsi mais très vite tu verras qu’en le faisant, tu te libères. D’ailleurs, lorsque tu vas te promener ou que tu joues avec des enfants, joues à qui criera le plus fort ou tapera le plus longtemps des pieds « comme si » il était énervé parce que tu te rendras très vite compte que le jeu n’en seras plus un mais bel et bien un merveilleux évacuateur d’émotions.

A ces jeux-là, les enfants sont toujours partants !

Bien sûr, pour les émotions refoulées depuis longtemps, c’est tout un travail qui nécessite d’être accompagné(e) et j’attire ton attention sur le choix du thérapeute qui devra parfaitement maîtriser les émotions : en effet, pour avoir travaillé pendant plus de trente ans dans ce domaine, j’ai trop vu « d’apprentis sorciers » aider une personne à évacuer un trop plein de vieilles émotions sans savoir « ramener » la personne dans l’ici et maintenant avec le processus de guérison qui s’impose. Donc, sois vigilant(e) avec qui tu fais ce travail.

Dans ce cas, ton implication consiste à trouver cette personne et prendre rendez-vous.

A ce niveau de travail AVEC toi, tu peux considérer que tu es tout proche d’être guéri(e) de tes blessures !

Il te reste une avant-dernière étape importante révélée par mon cinquième secret : la guérison de ton âme.

Lorsque tu vis des blessures, tu mets en place des mécanismes de protection que tu crois être bons pour toi. Ainsi, tu te construis une personnalité, une identité qui n’est tout simplement pas toi. En quelque sorte, tu t’es usurpé(e) !

Pour retrouver ta véritable identité, il te faut VIVRE le pardon. Je parle très souvent du pardon dans mes articles parce qu’il est impossible de faire autrement dès lors que tu veux changer ta façon d’être et de vivre, que tu mets enfin en place les actions pour guérir de tes blessures. Le pardon à toi-même pour avoir trahi ainsi toutes tes belles qualités et anéanti ta vraie personnalité.

Pardonnes-toi et tu entres en rémission ! Tu peux alors renouer avec ta vie spirituelle. La méditation est une bonne façon de le faire mais ne crois pas qu’elle te guérit vraiment. La méditation te soulage lorsque tu es en souffrance. Bien souvent, lorsque tu arrêtes de méditer, tout revient à la charge. Elle peut devenir un état d’être si c’est ta personnalité mais ne t’y enferme pas comme refuge pour ne pas poser les actes que tu ressens justes pour ta vie.

C’est pour cela que te pardonner est important pour retrouver le chemin de ton âme.

Nourrir ton âme, c’est DÉCIDER de porter un regard conscient sur tout ce qui t’entoure aussi bien les personnes que les choses. Prends conscience de tout ce que tu as, sur un plan matériel. Prends conscience des belles personnes de ton environnement, il y en a forcément. Prends conscience de chaque petite chose de tous les jours qui te font chaud au cœur. Médites si tu t’y sens bien et méditer c’est aussi marcher en conscience dans la nature, prendre le temps de respirer (pas d’être accroché(e) à ton téléphone et ses textos…), prendre le temps de savourer un coucher de soleil, de sentir la rosée sous tes pieds etc.

Nourrir ton âme, c’est saluer chaque matin au réveil avec gratitude, remercier pour la belle journée que tu vas vivre, les rencontres que tu vas faire et tous les plaisirs, petits ou grands, que tu vas retrouver ou découvrir. Nourrir ton âme, c’est remercier tous les soirs pour tous ces moments sympas que tu as vécu et remercier pour la bonne nuit que tu vas faire.

REMERCIE POUR TOUT, sincèrement, avec ton cœur. 

« Gratitude » est un mot magique !

Pour guérir de tes blessures, tu n’as plus qu’une étape à franchir ! Oser vivre ta vraie identité est mon sixième secret

Tout au long de ton parcours, tu as certainement vécu des moments où tu t’es « surpassé(e) », où tu as fait des choses dont tu ne te serais jamais cru capable de faire. Cela n’avait rien d’extraordinaire. Ce qui était extraordinaire, c’est la situation qui t’a obligé à te révéler ! Ce moment où tu as manifesté la personne responsable que tu es.

Si tu t’es perdu(e), pour te retrouver, c’est assez simple :

  • demandes-toi qui tu es quand tu ne cherches pas à être reconnu(e) par l’autre
  • demandes-toi qui tu es quand tu ne cherches pas à être aimé(e) de l’autre
  • demandes-toi qui tu es quand tu n’attends rien de l’autre
  • demandes-toi qui tu es quand tu ne penses pas au passé
  • demandes-toi qui tu es quand le futur n’a pas d’importance
  • demandes-toi qui tu es quand tu ne souffres pas
  • demandes-toi qui tu es quand tu n’es plus insatisfait(e)
  • demandes-toi qui tu es quand tu ne te critiques pas
  • demandes-toi qui tu es quand tu ne t’inquiètes plus…

Autrement dit, décris la personne que tu es dans tous ces moments vécus où tu t’es senti(e) fier(e) de toi, où tu t’es senti(e) en joie, en amour, en paix… décris la personne que tu es lorsque tu vis l’instant présent et regardes tout ce qui comble ta vie.

Là est ta belle et vraie identité.

Écris-là, dessines-là ou trouves une image qui te renvoies exactement ce que tu es et regardes-là tous les jours autant de fois que c’est nécessaire ! Si et je dis bien « SI » tu t’es impliqué(e) complètement dans ce processus, à ce stade de ton changement Tu es guéri(e) de tes blessures !

Attention, le processus ne s’arrête pas là... ce n’est que le début de ta nouvelle vie.

Tu as guéri tes blessures et mon septième secret se sert de ta volonté pour pérenniser cette nouvelle vie.

Tu as vu qu’il te fallait changer ton attitude, tu l’as décidé sincèrement, tu as posé les actes pour t’accompagner à ce changement, tu as travaillé sur tes émotions, tu t’es pardonné(e) et tu nourris ton âme. Enfin, tu as retrouvé ta vraie identité.

Il te faut maintenant DÉCIDER de continuer ce changement car bien sûr, d’autres blessures viendront et à chaque fois, tu auras de nouveau le choix d’agir en responsable ou te lamenter comme victime.

C’est donc ta volonté à perdurer le changement qui te donnera la force du tigre pour rester dans l’accueil des jours plus sombres.

Pas un accueil « passif » mais un accueil « actif » où il te sera plus facile de poser rapidement les actes pour revenir à ta Joie de vivre !

Tu es une belle personne dotée de toutes les qualités nécessaires pour vivre ta vie en harmonie avec toi et les autres.

Tout tient à ton attitude et tu es la seule personne capable de décider pour toi !

J’ai trouvé cette photo sur Facebook que je trouve absolument magnifique pour illustrer mes propos.

Je ne peux que t’encourager à la mettre bien en évidence près de ton identité vraie pour alimenter qui tu es et sur le plan spirituel, rappelles-toi que tu es un enfant de l’Univers (ou l’enfant d’une divinité à laquelle tu crois) : tu n’es jamais seul(e) lorsque tu es connecté(e) à cette partie divine.

Merci de m’avoir lue même si je t’ai un peu secoué(e), n’hésites pas à poser tes questions dans les commentaires. Ce sera du bonheur pour moi d’y répondre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *