Que Cache Une Femme Forte ?


Cet article n’est pas réservé aux femmes mais au contraire FORTEMENT CONSEILLE aux hommes ! Qu’ils lisent très attentivement ce qui va suivre.

La première guerre mondiale a permis aux femmes d’envahir le monde du travail, remplaçant en cela les hommes partis au combat mais il faudra attendre 1965 pour que les femmes puissent avoir une vie professionnelle sans l’autorisation de leur mari et fin 1972 pour que le principe d’égalité des salaires à poste égal soit voté. Soit dit en passant, je pense que sur le sujet des salaires, il y a encore beaucoup à dire. Cette émancipation de la femme du foyer où elle régnait en maîtresse absolue vers l’épanouissement de ses capacités dans une vie professionnelle a quelque peu bousculé la vie du couple et des relations entre hommes et femmes d’une façon plus générale.

La femme a pris son autonomie tant sur le plan matériel que social et pourtant, à l’aube du XXIème siècle, une enquête de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) faite en novembre 2000 titre que « les femmes représentent moins d’un quart des chefs d’entreprise, pour près de la moitié de la population active et qu’elles sont encore souvent confinées à des métiers peu qualifiés et peu valorisés ». En 2013, 38% seulement des femmes sont des cadres d’entreprises avec toujours un écart salarial d’environ 20% en faveur de la gente masculine. 2014, 30% seulement des femmes sont chefs d’entreprises… ces deux données sont extraites de « Chef d’Entreprises ».

Pour l’avoir vécu, il y a un peu plus de trente ans, lorsque j’évoluais dans le monde de l’entreprise en tant que directrice commerciale et manager d’un staff de représentants… nous étions à peu près 1 femme pour 50 hommes lors de différents séminaires. Il fallait que la femme prouve qu’elle méritait un poste de direction. Il fallait que la femme prouve à l’homme qu’elle avait les capacités à assumer ce que, lui, avait tout à fait le droit de revendiquer, il fallait qu’elle se fasse respecter et ce n’était pas si simple que cela parce que vous aviez alors deux types d’hommes en face de vous : Celui qui essayait de vous « avoir à la séduction » et Celui qui vous snobait parce que la femme se doit « d’être une bonne épouse, une bonne mère et n’a rien à foutre au travail ».

En un mot, il fallait « faire sa place » parmi les hommes et surtout ne pas « flancher » devant eux sinon gare aux moqueries ou « sourires mi-figues mi-raisins ». Forcément, tout cela forge le caractère et pour peu que vous en aviez déjà avant de devenir cadre… vous voilà tout à coup cataloguée de « FEMME FORTE »

    Seulement voilà, cette étiquette va vous poursuivre pendant des années et vous risquez d’en souffrir.

Pourquoi ?

Par définition, la femme forte est indépendante, « bien dans ses baskets », dynamique, sociable. Elle est en capacité de prendre seule ses décisions, elle sait s’imposer si c’est nécessaire, elle sait trancher, elle ne se laisse pas « marcher sur les pieds », elle sait prendre soin d’elle, elle sait communiquer, elle sait faire face à l’adversité, elle entraîne les autres à acquérir leur propre indépendance etc.

Tout cela sont de belles qualités et j’ai envie de dire « super » dans le cadre d’une activité mais somme toute peuvent aussi s’avérer être des « défauts » lorsqu’il s’agit de relations plus intimes.

La Femme Forte fait peur pour sa capacité à se gérer seule et son dynamisme (attirant mais qui peut devenir envahissant). Elle fait peur parce que c’est une guerrière, une combattante qui peut paraître… inaccessible. Et ce côté-là de sa personnalité peut l’isoler.

J’ai souffert de cette étiquette. Vous pouvez vous aussi en souffrir.

Lorsque vous avez cette étiquette de Femme Forte qui vous colle à la peau, on vient vous demander conseil mais curieusement vous n’êtes pas entendue lorsque vous essayez de dire que vous n’allez pas bien. On vous jalouse parce que « tout semble vous réussir », forcément, puisque vous ne dites pas ce qui vous chagrine. On vous admire pour votre combativité, votre résistance mais on ne s’attarde pas sur votre célibat ou votre solitude. Si vous vous trouvez au chômage, votre CV retient l’attention mais « vous êtes bien trop qualifiée » pour le poste proposé. Votre amant vous trouve irrésistible, « n’a rien à vous reprocher » mais il a rencontré quelqu’un d’autre qu’il va épouser.

Et vous allez petit à petit vous renfermer sur vos blessures, vous allez donner du crédit à cette étiquette de Femme Forte, vous allez continuer votre route le poing levé et puis, insidieusement, vous risquez aussi de vous forger la conviction que peut-être « vous faites peur aux hommes ».

Au cours de ma carrière, j’ai connu pas mal de femmes, brillantes, indépendantes et célibataires. Elles me disaient « faire peur à l’homme », que l’homme se sentait attiré par leur personnalité mais plus pour « la bagatelle » que pour fonder une famille. Mais ce n’était pas aussi simple que ça. Il y avait aussi un autre aspect qu’elles devaient regarder : étaient-elles prêtes à lâcher leur indépendance ?

Avoir du caractère, réussir socialement, nous l’avons vu en introduction, sont le résultat de beaucoup de travail sur Soi, de volonté et de combats pour exister dans un monde d’hommes. Du coup, ces femmes étaient-elles prêtes à remettre tout cela en question ? La rencontre amoureuse peut être alors perçue comme dangereuse à cet équilibre mis en place.  Et je dois dire que c’était souvent le cas.

Il y avait aussi un autre aspect que nous avions à travailler : elles avaient beaucoup d’attentes ; habituées à commander, elles étaient tout aussi exigeantes avec leur entourage ou leurs rencontres amoureuses. Pour l’homme, il devient difficile d’être toujours « à la hauteur ».

Votre famille aussi va alimenter votre étiquette de Femme Forte. Vous êtes toujours là pour aider, comprendre… « on peut compter sur vous »… Forcément, comme tout le monde, vous avez votre lot de coups durs mais comme vous ne vous laissez pas faire, que vous « relevez les manches et les défis », vous passez pour « celle qui ne se laisse jamais abattre ». Globalement, on ne vous perçoit jamais à terre mais toujours debout ! Et si, malencontreusement, on vous voit « à genoux », on sait bien que vous allez vous relever et vous en sortir… comme toujours.

Du coup, compréhension, compassion, aide vous passent sous le nez mais reconnaissez que vous n’avez rien fait non plus pour ENLEVER VOTRE ÉTIQUETTE !

Dites les filles, vous n’en avez pas MARRE d’être étiquetées ? Vous n’auriez pas ENVIE DE HURLER que vous avez besoin d’amour, de compréhension, que vous n’êtes pas comme ça ! Enfin pas toujours, pas tout le temps… Que vous en crever parfois ! Que vous RÊVEZ aussi d’être à votre tour épaulée, que vous avez ENVIE DE LÂCHER LES ARMES, que vous n’êtes pas si forte que ça mais

EN RÉALITÉ

QUE VOUS ÊTES TRÈS FRAGILE !

Qui le comprendra ? Qui ira au-delà des apparences ? Qui sera suffisamment sensible pour ressentir votre fragilité ?

Quasiment personne tant que vous n’aurez pas décidé de CASSER VOTRE ÉTIQUETTE !

      Oui, c’est à vous qu’il appartient de rétablir QUI VOUS ÊTES.

Une femme forte CACHE trop souvent sa fragilité !  Mais comment faire ?

Je vous donne les CINQ étapes pour rétablir votre image sans perdre votre personnalité.

1/ Commencer par dire NON

Avec votre image de Femme Forte, les gens comptent sur vous et vous répondez « présente ». Apprenez à dire non surtout lorsque vous sentez le besoin de vous reposer ou de vous ressourcer. Vous verrez rapidement qu’on vous aimera tout autant. Laissez simplement un peu de temps aux autres pour comprendre le fait que vous avez modifié votre attitude. N’hésitez pas à leur expliquer si cela s’avère nécessaire. Exprimer votre besoin en vous assurant que la personne a bien compris (entendu si vous préférez). D’ailleurs, vous pourrez même vous rendre compte que le fait de lâcher certaines choses donnent plus d’espace aux autres pour assumer leur rôle. Passé le temps du changement, tout le monde y trouvera son compte.

2/ Oser votre vulnérabilité

Croyez-moi, vous ne perdrez pas vos qualités de Femme Forte en osant montrer votre vulnérabilité (ou fragilité). Là où on faisait la sourde oreille (inconsciemment) dès que vous commenciez à dire que vous n’alliez pas bien… quitte à couper la parole de votre interlocuteur, dites-lui que vous avez décidé de montrer que vous aussi, vous avez vos problèmes et que vous souhaitez désormais qu’il les entende de la même façon que vous avez su lui prêter une oreille attentive quand il en avait besoin. Pour mes fidèles lectrices, rappelez-vous de mon article sur « Reconnais tes faiblesses, tu seras plus fort« . Oser votre vulnérabilité arrondira les angles de votre image de Femme Forte et vous rendra plus « accessible ».

3/ Accepter vos peurs

Apprivoisez toutes les peurs que ce changement engendre. C’est normal. Vous aurez l’impression de vous mettre en danger mais c’est tout le contraire qui se passera. Les peurs cachent vos désirs : d’être aimée tout simplement, d’être reconnue dans vos forces et vos faiblesses. En acceptant vos peurs, vous reconnaissez vos besoins et vous pourrez alors poser les actes avec plus de sérénité. Vous vous autoriserez à baisser « les armes » de la combattante au bénéfice de la femme fragile que vous êtes aussi et vous verrez combien cela vous soulagera. Vous gagnerez en efficacité et surtout en qualité de vie !

4/ Dégoupillez vos croyances

Voyez tout ce que vous avez acquis et ce que vous êtes dans votre intimité. Repérez les croyances que vous avez mises en place comme le fait « que vous faites peur aux hommes », « que vous perdrez en efficacité si vous dites votre vulnérabilité », « qu’on vous aimera moins si on vous voit fragile », « que vous n’avez pas le droit de montrer qui vous êtes vraiment » etc. etc.  PARDONNEZ vous toutes ces choses qui vous desservent et vous enferment dans des pensées limitantes. Acceptez de tenter de nouvelles expériences en changeant votre attitude et votre regard. Faites la part entre vos expériences passées et les nouvelles qui arriveront.

5/ Aimez-vous avec votre vulnérabilité

Votre parcours de vie vous a amené à exprimer la Femme Forte que vous êtes et vous aurez besoin de temps pour changer votre regard sur vous-même et celui des autres. Au début, régulièrement, vos vieux réflexes reviendront. Il faudra alors vous montrer sympa avec vous-même et vous recentrer sur votre côté de Femme plus Fragile. Mais ne vous découragez pas – vous en avez vu d’autres, n’est ce pas ? – continuer et aimez-vous telle que vous êtes : parfois FORTE et parfois FRAGILE avec cette différence que maintenant, vous oserez montrer les deux.

L’Être Humain est fait de dualité : il doit apprendre à aimer chacune de ces parties.

Dites-moi, cela me ferait bien plaisir que vous partagiez vos expériences de Femme Forte et Fragile… A mes cinq étapes, quels conseils rajouteriez-vous ?

Hé les hommes, vos avis sur ce sujet sont importants ! Quels types de femme aimez-vous ? Quels conseils donneriez-vous à une Femme Forte ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *