Solitude et Bon Parfum de Rentrée


Je ne sais pas pour vous mais moi, j’aime bien « la rentrée » et pourtant je ne vais plus à l’école… sauf celle de la Vie  ! J’ai comme l’impression que la vie reprend ses droits. Les activités reprennent : réunion des associations, achat des fournitures scolaires pour les parents et les enfants, les mails annonçant les dates de reprise du chant, de la danse, de la randonnée, du club machin et de la vie professionnelle.

Tout est calqué sur ce rythme scolaire et qu’il y ait étalement des vacances ou pas, tout le gros « vide » d’activités professionnelles se concentre sur juillet et août avec un pic très marqué sur le mois d’août. J’ai découvert, dans mon activité de blogueuse, que même sur Internet le ralentissement est assez impressionnant, pourtant la plupart des gens restent « accrocs » à leurs téléphones mobiles et leurs tablettes. Les commentaires sur les blogs se tarissent. Facebook pullule de photos de vacances ou de posts hilarants…

Tout cela est certainement nécessaire car nous avons tous besoin de couper le rythme effréné du reste de l’année. C’est le temps du ressourcement, de se « vider » la tête, de se « dépayser », de multiplier les activités de loisirs avec les moments de pur farniente, de goûter les longues soirées entre amis ou en famille, de découvrir un coin ou un pays étranger etc.

Mais comment vit la personne qui n’a pas les moyens de partir en vacances ? Celle qui va rester chez elle. Celle qui vit seule.

La solitude lui pèse encore plus car elle reçoit les cartes postales de ceux qui s’éclatent ailleurs (si elle en reçoit). Elle n’a plus de nouvelles ou très peu des amis ou de la famille partis jouir du soleil et des longues journées d’été. Même son amant, parti avec sa femme (ce qu’elle trouve normal… elle a accepté cette situation…) lui dit qu’il l’emporte dans son cœur mais qu’il ne pourra pas l’appeler pendant ce temps-là et c’est pareil pour la maîtresse parti avec son mari.

Et merde, ces deux-là (l’homme et la femme restés seuls) refusent de comprendre ce silence. Les textos çà existe, il suffit de quelques secondes pour les passer… Alors il y a comme un vent de colère et d’incompréhension qui arrive… Les mauvaises idées s’installent :

Quelle place a-t-il, a-t-elle, vraiment dans sa vie ?

– Peut-elle, peut-il vraiment compter sur cet amour ? 

– Pourtant, oui, il – elle, lui a déjà prouvé

– Il, elle, lui dit qu’il, elle, sera toujours là pour lui, elle 

– Elle, il aimerait tellement passer des vacances avec il, elle !

Elle ne comprend même pas comment ce couple d’amis peut arriver à faire la trêve pendant les vacances, vivre de belles choses pour se faire à nouveau la gueule lorsqu’ils sont rentrés. Un peu comme l’armistice pour la période de Noël en temps de guerre ! Si on arrive à ne pas se tirer dessus pendant quelques jours, pourquoi ne pas le faire plus longtemps ? Bien sûr, c’est à elle qu’ils viennent se confier sans se préoccuper de ses propres états d’âme. Ils ont tellement besoin de lui dire combien l’autre a changé depuis qu’ils sont à la maison…

Sa solitude va peser de plus en plus lorsqu’elle va avoir les « retours de vacances » de ceux qui, pris dans l’euphorie des bons moments passés à lui raconter, vont oublier de lui demander… comment elle va… il est certain qu’elle n’aurait pas grand’chose à dire vu que sa vie est ralentie au strict minimum. Elle a cette sensation étrange que sa vie est aussi « passive » que celle des autres est « active ».

 » – Moi ? Cela peut aller, je travaille sur mon ordi, je fais des jeux, je regarde la télé où passe et repasse tous les mièvreries de tous les étés, je bouquine dehors, ah si, je « petit déjeune » aussi dehors, il fait tellement bon, j’en profite… »

Rien de bien « bandant » à dire et puis, si cette personne a mon caractère, plus elle se sent mal, plus elle rentre dans sa caverne. Alors, parler…

Inconsciemment, s’impose alors un choix à faire pour vivre au mieux cette période qu’elle finira par détester si cette situation se renouvelle chaque année.

Oh, bien sûr, les « bien pensants » lui diront qu’elle peut économiser tout au long de l’année pour se payer des vacances. Oui, mais a-t-elle les moyens d’économiser ? C’est une bonne question !

Alors, elle va vivre au mieux avec des périodes positives car elle est habituellement positive mais il y a aussi ces autres « sales » périodes où elle se sent coulée vers une certaine nostalgie de ce qui pourrait être et n’est pas. La tristesse s’installe mais elle est forte, elle raisonne, elle voit le bonheur d’être là où elle est.

En plus, elle aime être chez elle. Son habitat, elle s’y sent bien. Elle peut même profiter du soleil sur son transat. Bon, cette année elle n’a pas eu assez de tunes pour se faire l’extérieur aussi beau et fleuri qu’elle aimerait mais elle assume. Ce n’est pas l’important dans la Vie. Dans la vie, ce qui est important c’est l’amour, l’amitié. Ah oui, mais les amis sont partis et son amour aussi. Stand Bye. Les journées sont longues. Elle pense à sortir pour secouer cette nostalgie qui s’insinue malgré tout. Ah oui ! Sortir… mais où ? Et puis, il faut mettre du G.O. dans sa petite voiture, puis si elle veut aller au ciné, à un concert, au restau du coin… c’est tout de suite quelques euros à investir. Les a-t-elle ? S’autorise-t-elle à les avoir ?

Et vlan, voilà madame « la-peur-du-manque-d’argent » qui pointe alors le bout de son nez ! Elle l’avait presque oubliée celle-là. C’est une tenace, elle revient comme par hasard au moment où cette personne se fragilise. La garce !

Je vous l’ai dit, c’est une personne forte. Elle connaît la Loi d’Attraction aussi elle est attentive à « annuler » ces pensées de restriction à qui elle vient d’ouvrir la porte. Elle reconnaît bien volontiers toutes les belles rencontres qu’elle a fait tous ces derniers mois mais, tel le serpent de Mogwli, une petite voix lui siffle qu’ils sont en vacances… Elle est toujours autant émerveillée de tous les cadeaux qu’elle a reçu et remercie la Vie pour cela mais toujours le serpent de Mogwli qui siffle à ses oreilles « na na na na na na… oui mais en ce moment, « il » ou « elle » ne t’appelle pas… na na na na… tu veux voyager ? Na na na na na… tu n’as pas les moyens… »

STOOOOPPPPPPP, arrière serpent !

 » – Ouf, voilà un peu de répit »

De toutes façons, elle le sait. C’est elle qui vaincra mais en attendant, çà va loin cette histoire car elle a bien conscience que plus elle se bat contre ses démons, plus ils prennent de la place et même jusqu’à bloquer physiquement le matériel comme l’ordi qui se met à déconner (elle a bien failli perdre tous ces dossiers), le réseau Internet qui se coupe sans raison apparente donc plus de télé. Elle sait qu’elle a ce pouvoir. Elle sait qu’elle attire les emmerdes lorsqu’elle n’est pas bien « alignée » entre ciel et terre.

Alors, elle se calme, elle respire profondément, en conscience, « aspire l’air nouveau et purificateur » et « expire ses pensées limitantes ». La lumière se fait, sa positivité et sa belle humeur reviennent. Elle peut à nouveau regarder sa situation avec amour et détachement.

Tiens, c’est amusant, voilà que sa meilleure amie lui offre une place pour aller au concert. [D’ailleurs, heureusement qu’il y a toujours une (ou un) meilleure amie pour venir la sortir de son enfermement.]

Oh oh ! L’ordi à nouveau fonctionne bien… Et voilà un bon film inédit à regarder (ils sont tellement rares à la télé) Yès, sa famille vient une semaine en vacances chez elle ! Bref, elle s’est remise EN VIE.

Et on arrive ainsi à la fin du mois d’août, le bon parfum de la rentrée souffle doucement, les activités reprennent, amant et maîtresse sont rentrés, les enfants parlent de leurs nouveaux cartables à l’effigie de leurs idoles, les commandes arrivent dans les entreprises, les mails re-circulent sur le net, ce soir réunion de bureau, demain ce sera le chant, la danse, la rando, la piscine… LE VIE EN SOMME !

J’aime le mois de septembre, la personne seule aime le mois de septembre ET VOUS ?

Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi:

  1. Le Stress de la Rentrée
  2. Comment bien s’organiser pour la rentrée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *