Vivre de Sa Passion, Une Proposition Bien Allechante !


Pleine d’énergie, gorgée de soleil, me voilà en train de remercier la Vie pour tous les beaux cadeaux que je reçois en ce moment… Et parmi eux, celui de tout mettre en place pour “Vivre de Ma Passion” et d’être là, à profiter de l’instant présent parce que je peux agencer mon emploi du temps à ma guise.

Voilà comment jaillit l’idée d’un nouvel article car, tout compte fait, c’est quoi “Vivre de Sa Passion” ?

Alors, je me suis promenée sur la toile du Net et je vois : créer votre blog, mettez votre passion sur un blog, enseigner votre passion grâce au blog…

Je suis très étonnée ! On dirait qu’il n’y a plus que cette solution pour Vivre de Sa Passion ! Un peu réducteur, non ?

Alors, je m’interroge, “Vivre de Sa Passion est une Proposition Bien Alléchante” certes, mais comment se fait-il que cette définition soit systématiquement liée à un statut d’indépendant ? Et qui plus est, avec ce vent de folie d’indépendant sur le Net ?

Non, non ! Je dis non !  

Si je me réfère à mon parcours professionnel, je suis très heureuse de toute ma carrière commerciale où j’ai exercé en tant que salariée.

Oui, ce fut une belle expérience. J’y ai appris plein de choses qui m’ont servies pour mon évolution professionnelle vers la création d’entreprise puis d’une école de vie etc. et qui me servent encore aujourd’hui pour mon enseignement.

Je m’y suis consacrée corps et âme et je m’y suis éclatée !

Je peux dire que dans cette période, j’étais fière de la jeune femme, qui, avec en poche, un simple CAP de secrétariat, a su gravir les échelons et terminer sa carrière en tant que directrice commerciale et gérante d’une succursale… Puis collaboratrice et associée d’une nouvelle structure créée par son patron.

Je ne vivais pas de ma passion au sens littéraire du terme mais je vivais passionnément et mon travail était un plaisir.

Donc, il me semble tout-à-fait injuste de conseiller à ceux qui ne sont pas bien dans leur job d’aller systématiquement créer quelque chose à partir de leur passion.

  • Sont-ils prêts à cela ?
  • Ont-ils la force morale à se lancer ?
  • Ou doivent-ils plus simplement chercher l’entreprise qui peut leur apporter de quoi évoluer et aller au travail avec plaisir ?
  • Quelles sont leurs priorités ?

Qu’en pensez-vous ? Où vous situez-vous ?

Lorsque je parle du “Top Chef de l’Entreprise”, je parle bien sûr et plus particulièrement du chef d’entreprise car il est urgent, en l’état actuel de notre civilisation, de revoir complètement cette notion, le rôle qu’il doit avoir et surtout son attitude vis à vis de sa vision de l’entreprise et son comportement vis à vis de ses partenaires, employés etc.

Mais je pense aussi que vous pouvez très bien être “Top Chef” au sein d’une entreprise qui ne vous appartient pas forcément. (ce en quoi d’ailleurs, je rejoindrai pour une certaine partie l’idée de l’entreprise sans chefs qui se développe actuellement)

En fait, soyez à l’écoute de vos ambitions !

Si je reprends le cours de ma vie professionnelle, il est certain qu’au moment où des évènements sont intervenus au point de dégrader la relation que j’avais avec mon patron et associé, c’est très naturellement que je me suis engagée dans la voie de l’indépendance.

J’ai quand même envie de vous dire, à ce stade, que je l’ai fait plus par défi et esprit revanchard qu’en conscience que je débutais alors “ma mission de vie”.

Mais il est vrai qu’à l’époque, j’aimais beaucoup aider une cousine dans sa boutique diététique à m’interroger sur l’esthétique, l’être humain etc… plutôt qu’à faire autre chose.

C’est donc très simplement que je me suis engagée sur cette voie.

C’est plus tard, après mes études de Conseillère en Santé Holistique, que je me suis rendu compte, que là était vraiment, ce que j’avais à réaliser dans cette vie.

Ai-je alors vécu de ma passion ?

Mal, très mal… ce fut beaucoup les montagnes russes. Vous comprenez donc pourquoi “Vivre de Sa Passion” m’interpelle autant et que je n’ai pas envie d’amener les gens dans une espèce de “solution euphorique qui leur apporterait la liberté à tous niveaux” au risque de les désillusionner encore plus qu’ils ne le sont dans leur boulot actuel.

Cette liberté a un prix ! Et avant d’arriver à cette image idyllique que certains vous promettent…

Vous aurez à vous mettre dans la PEAU d’un homme d’affaires (ou femme d’affaires) QUELQUE SOIT VOTRE PASSION…

Sinon, vous risquez la banqueroute. Il faut quand même être honnête et savoir qu’au prorata des créations d’entreprises (toutes confondues), le nombre de faillites est très important ! (réf. Le Figaro de avril 2014) C’est une réalité et il vaut mieux l’envisager et qu’elle n’arrive jamais plutôt que de l’ignorer, dans l’excitation de la création, et de la “subir”  Croyez-moi sur parole, ça peut faire très mal !

Ceci dit, je ne regrette rien car c’est ce qui me permet aujourd’hui encore d’être performante dans mes conseils et l’aide que je peux vous apporter pour trouver VOTRE EPANOUISSEMENT PROFESSIONNEL.

Ce cheminement était donc très juste pour moi.

Et là, vous allez me demander pourquoi j’ai mal vécu (financièrement) de ma passion.

Il y a plusieurs raisons à cela et je peux vous en parler car j’ai le recul suffisant pour le faire et si cela peut vous aider, super, ce sera génial !

Une mauvaise gestion oui, il faut bien en convenir… j’avais, en tous cas, pour mon institut de beauté, mal évalué la rentabilité sur du long terme.

En fait, je suis partie dans cette création un peu “la fleur au fusil”

Le concept proposé était d’avant garde : être pionnière c’est bien mais dans ce cas, mieux vaut avoir un bon matelas financier…

Et, sur un autre plan, j’avais plus créé cette entreprise en osmose avec mon lien de fidélisation à la mère : revoir mon article sur “Moi et l’Argent” en cliquant ici

En tant que thérapeute,

Je me suis “sous-estimée” et n’ai certainement pas appliqué mes tarifs à ma juste valeur. La loi de l’attraction dont je parle dans certains de mes articles fonctionne très bien et j’avais le résultat de ce que je pensais de moi.

A l’époque, la mésaventure de l’institut de beauté m’avait valu d’être en “froid” avec ma famille. Je me sentais coupable et séparée d’eux. En fait, c’était de ma belle part de mes capacités que je m’étais séparée…

Je me sentais “redevable” et je peux vous dire que j’ai bien “payé” par le manque d’argent ce sentiment-là !

Cette peur du manque d’argent était tellement ancrée en moi que j’ai fait plusieurs “concessions” dévalorisantes à l’égard de la qualité de mon travail et donc, de moi-même :

  • accepter de baisser le prix d’un séminaire alors que j’avais bien conscience d’être déjà en dessous du marché en cours…
  • faire des séances d’aide aux particuliers gratuitement…
  • me déplacer pour 3 personnes inscrites alors qu’il m’en fallait 8 ou 10 pour rentabiliser mon voyage et ma prestation (mais tellement peur de “louper” ces trois-là…)

Je ne dis pas qu’il ne faut jamais “offrir” une séance ou aider une personne en difficulté… mais pas dans la peur du manque !!!

Comme je me sentais coupable et redevable, il m’est arrivé de donner… ce que je n’avais pas. Je m’explique.

Lorsque vous vous considérez mal, négativement etc., vous recherchez chez l’autre considération et reconnaissance alors vos “vibrations” attirent les personnes qui vont vous faire croire qu’elles vous considèrent et vous reconnaissent.

Donc, j’ai parfois donné de l’argent alors que je n’en avais pas (la CB est super pour ça…) ou à manger alors que moi-même je n’arrivais pas à subvenir correctement à mes besoins primaires.

J’ai appris à mes dépens que je pouvais partager une assiette de soupe… mais pas toute la donner à l’autre !!!

En faisant cela, ce sont plutôt des “vampires ou des chiens perdus sans collier” que j’ai attiré.

Hé ! Souriez… Je ne suis pas en train de vous faire “Cosette” des Misérables… Je vous donne le plus justement possible des images “parlantes” au jeu qui se jouait dans ma vie à ce moment-là “à cause” ou “grâce” à ma peur et ma dévalo.

Si j’accepte de partager tout cela avec vous, c’est pour vous dire que “Vivre de Votre Passion est une Proposition Bien Alléchante” mais pas forcément “la” solution pour tous ceux qui sont mal dans leur vie professionnelle.

ETRE INDEPENDANT ET VIVRE DE SA PASSION demande :

  • d’avoir une passion
  • d’oser se mettre en avant
  • d’avoir les … (oups, gros mot) de se lancer
  • de vérifier que son entourage va suivre
  • d’avoir au moins l’accord de son conjoint
  • que l’entourage comprenne bien qu’il s’agit d’une nouvelle vie professionnelle
  • de savoir envisager comment rebondir au cas où…
  • de prendre le temps d’établir un plan d’actions
    • à commencer par un possible bilan de compétences
    • une étude de marché etc.
  • de garder son job pendant quelques mois
  • de considérer que même si c’est une passion, c’est un travail à temps plein
    • ce qui demande de bien équilibrer vie perso et vie pro !!
    • et là aussi, la semaine de 4h proposée par Tim Ferriss (au demeurant un excellent bouquin que je vous recommande de lire…) n’est pas pour le démarrage de votre activité !

Si vous êtes intéressé, suivez mon lien d’affilié en cliquant sur l’image les quelques centimes d’euros gagnés m’aident à entretenir mon blog… Merci

  • Enfin, d’accepter des revenus irréguliers et donc, de savoir les gérer
    • ne pas confondre C.A. et marge bénéficiaire…
    • ne pas se servir dans le tiroir caisse pour les besoins perso… ou laisser vos enfants le faire… et ne pas acheter la bagnole de vos rêves comme voiture de société pour “passer vos frais” car avant, il faut que l’argent rentre !

Voilà, je pense pour l’essentiel. Si d’autres idées vous viennent, n’hésitez pas à les mettre dans les commentaires ci-dessous ! Cela peut toujours aider et apporter un plus.

Tout cela demande de la personnalité, du caractère, de la volonté, de la PERSEVERANCE, de la créativité et bien sûr, l’envie d’évoluer et de toujours augmenter son savoir et son savoir-faire MAIS PLUS ENCORE,

c’est votre savoir-Etre qui fera toute la différence à l’arrivée !

Alors, si vous trainez des gamelles dans vos bagages, je vous invite fortement à vous en défaire avant d’aller plus avant dans une aventure de cette envergure.

  • Quel regard avez-vous sur vous ? Physiquement parlant
  • Quelle considération ? Sur le plan moral
  • Etes-vous d’un naturel inquiet ?    
  • Vous sentez-vous plutôt optimiste ?
  • Quel regard portez-vous sur l’argent ? Un Kindle va bientôt sortir à ce sujet, si vous êtes intéressés pour connaitre sa date de parution, contactez-moi
  • Est-ce que le moindre obstacle vous arrête ?
  • Méritez-vous de R E U S S I R ?
  • Croyez-vous en VOUS ? 

Ce qui m’amène à vous dire que même en faisant tout ça, vous devez aussi accepter d’être IMPARFAIT car si vous attendez la perfection et de vous sentir sûr(e) de vous pour vous lancer, vous ne le ferez JAMAIS !

Après cette lecture, sur une échelle de 0 à 10, êtes-vous prêts à vous ENGAGER ?

Si moins de 5, que vous manque-t-il ?

Au-delà de 5, qu’attendez-vous pour le faire ?

 crédits photos 123RF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *